Avec ses nouveaux patrons, le Petit Port a gardé son âme de bistrot

Le coup de fourchette Les deux repreneurs de l'adresse de Saint-Sulpice ont rafraîchi la décoration mais ont gardé son côté populaire, bien heureusement.

Jean-Claude Foucher, en salle, et Daniel Michoud, en cuisine, ont gardé l’esprit bistrot du Petit-Port.

Jean-Claude Foucher, en salle, et Daniel Michoud, en cuisine, ont gardé l’esprit bistrot du Petit-Port. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il est de ces emplacements privilégiés qui voient affluer la clientèle l’été. Le port des Pierrettes, à Saint-Sulpice, offre une aire de grand large à quelques navigateurs avec son côté un peu sauvage. En face, la terrasse du bistrot est prise d’assaut lorsque le soleil vient la caresser. Certains pourraient s’en contenter pour livrer une nourriture quelconque. Mais pas Jean-Claude Foucher et Daniel Michoud, les deux associés qui ont repris l’affaire il y a quinze mois. Le premier, qui œuvre en salle, a tenu le Saxo, à Lausanne, il y a deux décennies avant de gérer un pub irlandais à Gland. Le second, au piano, s’est longtemps occupé des restaurants de la Coop.

Au Petit-Port, ils ont donné un joli coup de frais à la décoration, égayant de couleurs une ambiance bistrot qu’ils ont tenu à conserver, comme cette clientèle d’habitués à laquelle se mêlent quelques voisins de l’EPFL. A côté d’une carte de brasserie, Daniel Michoud propose ses spécialités sur le grand tableau noir qui couvre tout un mur.

Il fait lui-même, «à l’ancienne et au bouillon», la sauce à salade française qui nappe des feuilles croquantes, des noix et des lardons (8 fr. 50) ou une Campagnarde classique (19 fr.). Les entrées sont du pays, avec des généreux champignons des bois à la crème (15 fr.) ou les six escargots beurre maison (12 fr. 50).

Côté viande, on apprécie une entrecôte parfaitement saisie, bien tendre, que parfume un beurre aux épices maison ou une sauce au poivre vert (38 fr.). Et les amateurs de classique la joueront langue sauce aux câpres (28 fr.) ou mijoté de bœuf (29 fr.). Malgré la proximité du lac, les filets de perche ont l’accent étranger, mais se montrent agréablement fermes dans l’assiette, avec plusieurs sauces à choix (celle au citron était un peu timide, 40 fr.).

La carte des desserts garde un côté classique, du tiramisu à la coupe Colonel. Et la cave navigue gentiment entre la Suisse et la France. Les enfants sont évidemment les bienvenus, accueillis par un service amical et rapide.

(24 heures)

Créé: 24.02.2017, 07h54

Articles en relation

Une table pleine d’âme et de charme dans l’écrin du Mont-Pèlerin

Le coup de fourchette L'ancien chalet de la gare du Funiculaire offre toujours une superbe vue, mais aussi une cuisine soignée. Plus...

Merveilles: les copines croustillantes du carnaval

Fines gueules En Suisse, ces beignets se croquent traditionnellement pour Mardi gras. Alors que cette coutume gourmande disparaît, reportage chez le pâtissier meyrinois Stéphane Oberson, où l’on fait encore des merveilles Plus...

La Ville de Nyon se fait aubergiste pour maîtriser les rives du lac

Urbanisme La Municipalité propose de racheter un restaurant sur les quais pour peut-être le démolir dans quelques années. Plus...

Le bar du «King» Richard Dürr deviendra royaume de l’apéritif

Lausanne Tenu pendant cinquante ans par la figure du Lausanne-Sport, le café-restaurant sera transformé en temple du whisky et du vin. Plus...

L'âme de Peter Pan habite la fée des fourneaux

Portrait Marie Robert, cheffe du Café Suisse à Bex Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...