Passer au contenu principal

Le Ô33, dernier-né des restaurants avenchois, déjà au Gault & Millau

Ouverte en avril, la nouvelle enseigne de l'Hôtel de ville d'Avenches a fait son entrée dans la dernière édition du guide culinaire.

Avec Helena Collaud en salle et Joeffrey Fraiche en cuisine, l’adresse a pris un coup de fraîcheur.
Avec Helena Collaud en salle et Joeffrey Fraiche en cuisine, l’adresse a pris un coup de fraîcheur.
JEAN-PAUL GUINNARD

Abritant une auberge depuis 1837, le bâtiment de l’Hôtel de Ville d’Avenches a longtemps fait la réputation de la cité, le restaurant du Maure étant considéré comme une très bonne table de la région. Renommé Ô33, en fonction de son adresse, le dernier-né des restaurants du bourg est bien parti pour prendre la relève. L’établissement vient d’être côté à 13 points par la dernière édition du Gault&Millau.

Derrière une façade historique au centre-ville, l’intérieur du restaurant proposant 60 places, ainsi qu’une magnifique terrasse, a été rénové tout en modernité. Pour les animer, la Municipalité a fait confiance à un jeune couple. Au service, Helena Collaud a grandi dans le village de Saint-Aubin, à quelques pas de là. En cuisine, son compagnon, Joeffrey Fraiche, natif d’Alsace, s’est formé à Nancy, avant de travailler pour plusieurs bonnes tables de Suisse romande, comme le Cerf à Sonceboz, le Grand Hôtel du Lac à Vevey ou La Cène à Fribourg.

Dans l’assiette, chaque semaine, un nouveau menu est proposé à midi (dès 21 fr.) et diverses suggestions permettent d’en dévier. Le soir, les bons mangeurs choisiront la variante complète du menu, mais la variante classique (79 fr.) sera largement suffisante pour les autres. Surtout si elle s’accompagne de fromages de Grandcour, de Rougemont, de Marsens, de Pomy ou de Baulmes.

En amuse-bouche, la crème de lardons permettra déjà de relever la finesse du chef, qui travaille véritablement chaque produit. Présenté sous une coupole de fumée faisant penser au brouillard – preuve que Joeffrey Fraiche s’acclimate à sa nouvelle région – un jardin d’automne propose une déclinaison de tous les légumes du moment. Une autre entrée de chasse offre une subtile composition de sanglier et foie gras. Quant au suprême de faisan proposé en plat principal, il vous fera oublier tous les soucis scolaires de vos enfants. À moins que vous n’optiez pour la langouste et sa patate douce, cuisinée en purée et en chips.

Le tout peut s’accompagner de vins suisses ou étrangers. Tout près du Vully, nous avons choisi le Baron Rouge, un assemblage du Domaine de Villarose, à Mur.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.