Passer au contenu principal

Le Petit Manoir a bien fait de troquer son étoile contre une brasserie

Après avoir fermé son restaurant gastronomique, la nouvelle proposition de l'hôtel morgien est une réussite.

Le chef Patrick Pilet met en avant des produits qui viennent parfois à deux pas de la brasserie du Petit Manoir.
Le chef Patrick Pilet met en avant des produits qui viennent parfois à deux pas de la brasserie du Petit Manoir.
PHILIPPE MAEDER

La nouvelle n’avait pas manqué de créer la surprise en octobre dernier. A peine étoilé par le Guide Michelin, le Restaurant du Petit Manoir avait fermé ses portes sur le champ, son patron Bernard Russi – directeur du groupe hôtelier Boas – ayant décidé de jeter l’éponge faute de rentabilité.

Loin de se décourager et convaincu du potentiel du bâtiment de charme à l’entrée de la ville, il a alors changé de concept et de décor en misant sur une brasserie depuis la fin du mois d’avril et sur le chef Patrick Pilet, un collaborateur de longue date. Depuis, l’adresse ne désemplit pas et la terrasse à peine aménagée en face du jardin à la française fait déjà beaucoup parler d’elle en ville.

Le cadre est idéal pour déguster les asperges de Vullierens et le jambon de Penthaz (16 fr.) en entrée savoureuse plus que copieuse. En revanche, l’assiette de saison mêlant une petite salade et le trio viande séchée, jambon et lard du château (à se relever la nuit pour ce dernier!) (19 fr.) est une mise en bouche parfaite.

Pas facile de faire un choix entre la dizaine de mets de brasserie alléchants et bien pensés entre volaille, bœuf évidemment mais aussi tagliatelles au saumon. Nous n’avons pas été déçus avec le filet de féra du Léman et sa délicieuse sauce au chasselas (27 fr.), même si la palme revient à la souris d’agneau au romarin (32 fr.). Tiens, quelle surprise de s’extasier pareillement devant une souris, mais le chef mérite la mention autant pour la cuisson que la sauce idéalement épicée!

Le serveur nous a aussi conseillé une syrah de la Maison du Moulin de Reverolle (55 fr.), une très bonne idée! L’occasion toutefois de nourrir le seul petit regret, à savoir que la sélection des vins pourrait accorder une plus large attention aux crus morgiens.

Au dessert, signalons le mille-feuille fraise et rhubarbe (10 fr.), et la belle assiette de fromages. Au final, une belle adresse dont le retour est une aubaine pour la ville, d’autant que les prix pratiqués sont abordables, surtout si on les accompagne de crus au verre.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.