Une pétition française réclame la fin des nitrites dans les jambons

AlimentationLes additifs dans la charcuterie industrielle refont débat. Ils sont aussi présents en Suisse.

Le lien entre sels de nitrite et cancer colorectal fait débat.

Le lien entre sels de nitrite et cancer colorectal fait débat. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le consommateur attentif l’aura vu lui-même: les jambons emballés des supermarchés sont de plus en plus souvent affublés d’une étiquette «zéro nitrites». Au-delà d’un effet marketing, de plus en plus de fabricants se positionnent par rapport à cet additif très discutable.

Chez nos voisins français, plusieurs associations ont franchi mercredi un pas supplémentaire. L’ONG Foodwatch, l’application Yuka et la Ligue contre le cancer ont lancé une pétition qui exige l’interdiction des additifs E249 (nitrite de potassium), E250 (nitrite de sodium), E251 (nitrate de sodium) et E252 (nitrate de potassium). Ces sels de nitrites sont particulièrement utilisés dans les viandes transformées comme la charcuterie industrielle. «Les nitrites et nitrates ajoutés dans notre alimentation présentent un danger pour la santé, expliquent les pétitionnaires sur leur site.

Ces substances sont soupçonnées de contribuer à la formation de composés cancérogènes dans l'estomac: des nitrosamines. Elles sont classées cancérogènes probables pour l’homme par le Centre international de la recherche contre le cancer (CIRC), car elles favorisent l’apparition de cancer de l’estomac et le cancer colorectal. Le CICR estime que chaque portion de 50 grammes de viande transformée consommée quotidiennement accroît le risque de cancer colorectal de 18%.

Aussi en Suisse

Ces additifs sont utilisés dans l’Union européenne et en Suisse, confirme Eva van Beek, porte-parole de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV). À sa connaissance, leur interdiction n’est pas discutée. «Outre la couleur rose qu’ils donnent au jambon, ils ont un effet antimicrobien, précise Martin Scheeder, professeur à la Haute Ecole des sciences agronomiques, forestières et alimentaires et responsable du laboratoire pour la qualité de la viande chez Suisag (entreprise spécialisée dans l’élevage des porcs).

Le spécialiste, rappelle que s’il devait exister un lien entre les nitrosamines et le développement d’un cancer colorectal, il dépendrait de la quantité de charcuterie ingérée et de notre régime diététique en général. «Si vous mangez de la viande et des frites, cela a un autre effet sur votre santé que si vous mangez de la viande et une ratatouille. La microflore de l’intestin sera différente.»

Faut-il alors se tourner vers le jambon bio? Selon Barbara Pfenniger, responsable alimentation de la FRC, «les quantités maximales autorisées dans les produits bios sont moins élevées et seuls le nitrite de sodium (E250) et le nitrate de potassium (E252) sont autorisés – et les fabricants sont vivement encouragés à ne pas atteindre ces limites.»

Bouillons de légumes

«La FRC a demandé aux autorités d’abaisser les teneurs maximales autorisées des additifs, car on connaît leur risque cancérogène et surtout le risque notamment pour les enfants de dépasser la dose considérée comme étant sûre. Nous demandons également de ne pas ajouter d’autres denrées à la liste des produits auxquels on peut ajouter des nitrates (p. ex. fromages affinés). Ce sont des expositions multiples aux nitrites et aux nitrates qui se cumulent tout au long de la journée, car les nitrates peuvent être transformés en nitrites dans la salive et s’ajouter ainsi aux nitrites consommés dans les aliments.»

En France, de grandes marques proposent à présent des jambons de couleur grise et travaillent avec du bouillon de légumes et des ferments lactiques. La date de conservation s’en trouve raccourcie. Mais là aussi le doute subsiste, car certains concentrés de légumes sont naturellement riches en nitrates. La FRC souhaite une réglementation de ces concentrés. «Il ne faut pas que le produit fini contienne une quantité non maîtrisée de nitrites ou de nitrates, même d’origine naturelle», conclut Barbara Pfenniger.

Créé: 20.11.2019, 18h46

Articles en relation

Nestlé veut rendre plus sains les produits Maggi

Alimentation La multinationale veveysanne réduit la part de sel et d’additifs pour sa marque historique. Plus...

Dans les assiettes, de moins en moins d'additifs

Santé Un rapport français montre que ces dix dernières années les industriels mettent moins d'additifs dans les ingrédients de leurs produits. Plus...

Antibiotiques, additifs et pesticides détectés en mer

Environnement Jusqu'alors relevés à proximité des côtes, certains produits issus de l'activité humaine ont été retrouvés pour la première fois en pleine mer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.