Passer au contenu principal

Avoir les pieds dans le lac à Vidy et regarder au loin vers le Pérou

Au sein de La Voile d'Or, avec sa terrasse ouverte sur le port, Besame Mucho décline des plats péruviens et nikkei.

C’est un de ces lieux magiques, les pieds dans l’eau, qui doivent absorber la foule en été et attirer le monde en hiver. La Voile d’Or, entre le port de Vidy et le Théâtre du même nom, décline ainsi les cuisines au gré des enseignes plus ou moins réussies. Les actuels thaï, suisse ou italien ont vu arriver un nouveau venu, géré en direct par les propriétaires des lieux.

Après trois ans de travaux, l’ancienne discothèque Amnesia Club a revêtu des atours élégants et chaleureux, déclinés en trois espaces différents: le Bikini Beach, belle terrasse ouverte sur le lac; le Lounge, bar à vins, à tapas et à cocktails dont ces variations du pisco, l’alcool national péruvien; et enfin le Besame Mucho, table d’inspiration péruvienne et nikkei.

Après une première collaboration avec Cecilia Zapata, la cheffe du Pachacamac à Genève, le restaurant lausannois a décidé de voler de ses propres ailes, avec deux cuisiniers péruviens qui déclinent les cuisines de leur pays. Le Pérou travaille en effet tous les ingrédients du monde, avec des influences diverses, dont la japonaise très présente dans cette fusion nikkei.

Voici donc ce ceviche de dorade joliment citronné, avec ces tranches fines de poisson cru agréablement herbées (24 fr.). Les patrons veulent décliner cette entrée symbole du Pérou avec d’autres ingrédients selon l’inspiration du moment. La tiraditode thon joue aussi la carte du cru, mais sur un mode japonisant, avec son côté pimenté et joliment composé (24 fr.).

Autre plat emblématique, le aji de gallina, ce poulet à la sauce crémeuse parfumée d’un piment doux des Andes, onctueuse et goûteuse (28 fr.). Enfin, le lomo saltado, autre classique inca, saute joliment un émincé de bœuf avant de le flamber au pisco (42fr.).

Le service est sympathique et prévenant, la carte des vins se construit gentiment «d’abord avec des vaudois, des suisses puis des internationaux», assure le patron.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.