Premier resto indien de Suisse, le Darshana a 40 ans

GenèveOuvert à Genève dans l’immeuble du Corbusier, il a été pionnier pour faire découvrir le cuisine épicée aux Suisses.

Mohan Ratnam a commencé comme plongeur au Darshana,puis s’est s’occupé du tandoori, de la cuisine, avant de racheter l'établissement.

Mohan Ratnam a commencé comme plongeur au Darshana,puis s’est s’occupé du tandoori, de la cuisine, avant de racheter l'établissement. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Darshana: le nom est défini dans le Larousse. Darshana, qui peut s’écrire sans h, vient du sanskrit: «Nom générique des systèmes philosophiques de l’hindouisme ou attitude culturelle par laquelle le fidèle s’attarde dans la vision d’une divinité ou d’un objet sacré.» En Suisse, le Darshana est le nom du premier restaurant indien, ouvert à Genève en 1976. Il y a quaran­te ans, les babas étaient déjà en train de revenir de leurs dérives sur les rives du Gange.

Mais l’origine du lieu n’a, semble-t-il, rien à voir avec ce mouvement, selon les explications du propriétaire actuel, Mohan Ratnam: «A l’époque, l’immeuble Clarté, construit par Le Corbusier entre 1930 et 1932, venait d’être racheté par les architectes Pascal Häusermann et Bruno Camoletti. La rénovation du bâtiment passait par l’ouverture, au rez, d’un restaurant à la place de caves et de garages. Comme Le Corbusier a beaucoup travaillé en Inde, le choix de la carte s’est porté sur cette cuisine.»

«Pour les yeux et le palais» Aller au Darshana, situé non loin du rond-point de Rive, allie la visite d’un site architectural d’exception aux plaisirs du dahl et du tandoori. Sur la carte, le thali est décrit ainsi: «Festival pour les yeux et le palais, ce plat vous est servi dans la pure tradition indienne: un grand plateau sur lequel sont disposés six petits bols contenant différentes sortes de curry, le tout agrémenté de riz.»

Chicken korma aux épices fraîches, jhinga biryani, crevettes sautées aux épices variées et étuvées avec du riz safrané, masala dosa, crêpe farcie à la viande ou aux légumes, la ronde des mets se déguste sur une musique douce. A midi, un voluptueux buffet, qui contentera aussi les végétariens exigeants, offre un condensé des saveurs de l’Inde pour 21 francs, avec desserts. Le mango chutney vaut à lui seul le détour. Le patron le fait venir tout spécialement de Londres.

De plongeur à patron

Mohan Ratnam est un Tamoul de Jaffna, au Sri Lanka. Arrivé à Genè­ve en 1982 pour étudier le français, il se retrouve rapidement plongeur au Darshana. Il a 20 ans et la ville internationale ne compte alors que six de ses compatriotes. La guerre de sécession tamoule n’a pas encore éclaté sur l’île que Nicolas Bouvier évoque dans Le poisson-scorpion.

Mohan Ratnam, petit homme malicieux et entreprenant, fera tous les métiers dans ce restaurant: trois ans de plonge, trois ans au tandoori s’occupant des naans, trois ans aide de cuisine. Il devient alors chef de cuisine, puis chef de service et maître d’hôtel. En 1992, il profite d’une faillite pour racheter le fonds de commerce et se paie les murs en 1997.

C’est à lui que l’on doit la décoration actuelle du Darshana. Boiseries, tissus, statues, tout est venu dans deux containers du sud de l’Inde. Les deux salles peuvent accueillir 120 couverts. Le bar est richement doté en alcools. De nombreux groupes de touristes indiens viennent se goberger de mets traditionnels et végétariens. «L’an dernier, cela a représenté entre 12'000 et 15'000 personnes, la moitié de mon chiffre d’affaires. Pour le reste, 90% sont des habitués.»

Deux autres adresses

Mohan Ratnam a fait sa vie en Suisse… avec une Sri Lankaise. Son aînée, Monishia, étudie la médecine, Sajeka le droit, et le garçon, Manjannthan, est encore à l’Ecole de commerce. Ils ne sont guère intéressés par le Sri Lanka. Le père, lui, soucieux de se reposer enfin, pourrait envisager d’y passer six mois par année, mais c’est encore musique d’avenir. Pour l’heure, il ne ferme son établissement que le dimanche et les jours fériés. Jamais de vacances depuis trop longtemps, à 55 ans, il se dit fatigué et malade. Ce qui ne l’empêche pas de sourire, bien au contraire.

L’homme est entreprenant. Un deuxième Darshana a ouvert au 17 de la rue Centrale à Crans-Montana, il y a deux ans. «Je connaissais le propriétaire d’un immeuble où s’était ouvert un restaurant indien, qui n’a tenu que quatre mois. J’ai repris et ça marche.» A Genève, Mohan Ratnam a également racheté le fonds de commerce du Jaipur, un autre indien situé dans le quartier de la Jonction.

Surtout spécialisé dans la cuisine du sud de l’Inde, le Darshana compose aussi avec certaines préparations du nord et, pour son tandoori, il fait venir du charbon de bois du pays de Shiva. Namasté. (24 heures)

Créé: 26.02.2016, 09h08

L'adresse

Le Darshana,

Rue Adrien-Lachenal 5,
1207 Genève.

Tél. 022 736 36 48


Ouvert tous les jours de 11 h 30 à 14 h 30 et de 19 h à 22 h 30.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...