Passer au contenu principal

Au resto, la chasse aux clients fantômes se durcit

Les clients qui ne viennent pas après avoir réservé se multiplient. Faudra-t-il bientôt donner sa carte de crédit?

Les tables réservées sans que les clients viennent coûtent cher aux restaurateurs.
Les tables réservées sans que les clients viennent coûtent cher aux restaurateurs.
GETTY IMAGES

«Nous étions plein de collègues à nous demander qui ferait le pas en premier. Avec mon caractère fonceur, je l’ai fait.» Damien Germanier tient son restaurant de Sion avec talent (17/20 au «Gault&Millau», 1 étoile Michelin). Mais, pour aller manger chez lui, il faut désormais donner sa carte de crédit à la réservation sur internet ou par La Fourchette. L’annulation est gratuite jusqu’à 24 heures à l’avance. Ensuite, en cas d’annulation ou de no show, le terme choisi pour les clients qui ne viennent pas, 400 fr. seront débités automatiquement. «C’est un phénomène qui nous pose de plus en plus de problèmes, ces clients qui ne viennent pas. Ce sont des tables que nous n’avons pas pu vendre à quelqu’un d’autre, du chiffre d’affaires qui disparaît et de la marchandise que nous avons commandée en trop.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.