Le Rive Sud assied sa présence sur la carte des bonnes tables broyardes

Coup de FourchetteAyant repris Le Rive Sud en 2010, Carole et Bertrand Chardonnens sont désormais les seuls patrons du restaurant et de l'hôtel depuis juillet 2019.

Carole et Bertrand Chardonnens sont à la tête du Rive Sud depuis 2010.

Carole et Bertrand Chardonnens sont à la tête du Rive Sud depuis 2010. Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec sa petite terrasse au bord de la route menant à la plage d’Estavayer, son ambiance cosy sous les vieilles poutres de l’ancien Hôtel de Ville ou sa lumineuse véranda, le restaurant Le Rive Sud est devenu au fil des ans l’une des bonnes tables de la région broyarde. Le guide culinaire Gault&Millau ne s’y est d’ailleurs pas trompé, répertoriant le restaurant tenu par Carole et Bertrand Chardonnens depuis 2010 dans ses adresses. Désormais avec 13 points depuis l’édition 2015.

Formé au Restaurant des Bains d’Avenches, puis ayant transité par la boulangerie, la chocolaterie et… la mécanique durant sept ans, le chef de 40 ans propose une cuisine soignée de plats traditionnels, dont la carte varie selon les saisons. Cet été, elle offre cinq entrées et sept plats, dont un poisson frais à la neuchâteloise en fonction de la pêche du jour. De la palée lors de notre visite (38 fr.). Viandes et poissons proviennent de Suisse, bien sûr, mentionne l’établissement qui affiche volontiers ses labels «Fait maison» et «Terroir Fribourg».

Après des rillettes de poisson en hors-d’œuvre, la tomate et gaspacho avec huile de caméline, sérac et tuile de pain (18 fr.) offrait une touche rafraîchissante en entrée. De son côté, le risotto tessinois au vieux gruyère, accompagné d’un œuf parfait (19 fr.), était peut-être un peu trop salé, mais très bien apprêté. Toujours actif en cuisine, où il prépare tous les plats avec son second Axel Steinarsson, le patron fait aussi volontiers du service pour présenter ses produits. En menu, nous nous sommes laissé tenter par un divin filet d’agneau de Cheyres, avec ail noir, ratatouille et houmous (45 fr.). Plus conventionnel, mais parfaitement assaisonné, le tartare de bœuf (32 fr.) est accompagné d’huile de colza de la région. Mention spéciale au fait que tous les plats peuvent être cuisinés en demi-portion pour les enfants. Voilà qui change des nuggets de poulet ou des hamburgers souvent proposés à la jeune génération.

Pour le dessert, si un assemblage de fromages de la région est proposé (14 fr.), les fraises avec sabayon au Noilly Prat, crumble cacao et framboises séchées (14 fr.) étaient séduisantes. Le café et sa mousse aux abricots (10 fr.) l’étaient tout autant. Diverses glaces, dont certaines du chocolatier voisin, ou les tisanes de la droguerie Roggen sont également proposées.

Enfin, la carte des vins met aussi en valeur le terroir régional, avec les crus du Vully et deux du petit vignoble de Cheyres, mais aussi une belle variation de caves romandes et étrangères. Nous nous sommes laissé tenter par le Gally, l’assemblage de gamay, gamaret et diolinoir du célèbre Valaisan Jean-René Germanier. Un véritable régal!

Créé: 19.07.2019, 14h02

Articles en relation

L’Almara ramène enfin le soleil à la piscine de Prilly

Le coup de fourchette Patrice Schick a repris l'établissement parce qu'il devait s'y marier. Il y propose une belle cuisine ensoleillée. Plus...

L'Auberge de Rivaz ravit yeux et papilles entre le lac et les vignes

Coup de fourchette Stéphanie Papazian et Jacques Staempfli ont repris l'adresse à qui ils ont donné un supplément d'âme. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.