Passer au contenu principal

A Saint-Sulpice, le Toriko fait honneur aux grillades japonaises

Un restaurant moderne qui propose trois types de cuisine japonaises.

Mélissa Michael sert le Japon dans un concept de restaurant au mobilier très moderne.
Mélissa Michael sert le Japon dans un concept de restaurant au mobilier très moderne.
Patrick Martin

Bien sûr, l’endroit est moyennement romantique, au pied de cette barre d’immeubles modernes qui borde la route cantonale. Et la devanture est un peu discrète pour les flots de véhicules qui empruntent l’artère. Il vaut pourtant la peine de s’arrêter et de pousser la porte de ce restaurant concept au mobilier très moderne. A l’entrée, un sushiman, bien sûr, qui fabrique à l’emporter des belles préparations de poissons que l’on peut aussi déguster à table dans le restaurant séparé en deux espaces.

La «brasserie» joue le rôle d’izakaya, ces bars japonais où on boit bière et saké en mangeant quelques plats en compagnie. Le Toriko se joue des frontières en proposant par exemple un «yakiniku burger» dont le bun est remplacé par des galettes de riz (26 fr.). Clin d’œil coréen avec toute une série de bibimbap, cette cocotte en pierre où cuisent riz, champignons, légumes et, à choix, anguille, poulet, saumon, bœuf, etc. (de 24 à 32 fr.). Les nouilles ramen ou yaki udon peuvent s’agrémenter également de divers ingrédients (de 21 à 28 fr.). Les tempuras sont bien réalisés et légères (14 fr. 50/22 fr. 50).

Dans l’autre partie du restaurant, les tables se garnissent d’un grill japonais (yakiniku) en leur centre, avec un système de ventilation qui élimine heureusement les odeurs des plats qu’on grille soi-même. Des crevettes décortiquées (22 fr. les 100 g), du porc (25 fr.) et bien sûr du bœuf Wagyu proposé en deux qualités. Le Wagyu 5 (36 fr.) est déjà un peu entremêlé, mais moins que le Wagyu 9 (62 fr.) qui fond bien dans la bouche en y laissant un goût agréable. On accompagne notre choix d’options payantes, des légumes ou des épis de maïs qui connaîtront aussi le grill, du riz ou des nouilles.

Enfin, les amateurs du genre apprécieront une courte carte de desserts japonais, peu sucrés évidemment, comme ce ringo ginzo, ravioli de pommes et sa boule de glace au sésame blanc (13 fr.). Le service est efficace et rapide. Et le Japon offre aussi une belle palette de bières, de sakés, de vins de prune, à côté des cocktails.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.