Serge Labrosse bouscule les codes de la street food

LausanneAprès sa galaxie genevoise, le chef veut conquérir Lausanne avec des plats inspirés de la rue mais en plus chic.

Aux commandes du resto-bar clair et ouvert, Matthieu Jammers. La décoration est signée de la femme de Serge Labrosse, Elsa (en médaillon).

Aux commandes du resto-bar clair et ouvert, Matthieu Jammers. La décoration est signée de la femme de Serge Labrosse, Elsa (en médaillon). Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a une roulotte à la porte de l’ancien Akiko, au début du Petit-Chêne, à Lausanne. Elle symbolise l’envie de Serge Labrosse de lancer un food truck pour diversifier sa palette culinaire. Le chef bourguignon installé à Genève (lire ci-dessous) a finalement posé sa caravane ici pour développer dans le restaurant un concept de street food raffiné, à l’enseigne de l’Instant B. Est-ce un bar à vins? Une brasserie? Un take away? Un peu tout ça à la fois.

«Serge Labrosse a gardé l’esprit de la roulotte qu’il voulait lancer, explique Matthieu Jammers, le manager lausannois de 25 ans. Le chef désirait démarrer autre chose que la gastronomie traditionnelle. On part donc sur des choses faussement simples, et on les travaille sur le plan gustatif et visuel pour surprendre nos clients.» Comme ce burger P’tit poivre, avec un pain épicé, du thon snacké, de la mangue, de l’avocat et une mayonnaise wasabi.

Burgers en vedette

Le jeune diplômé de l’Ecole hôtelière de Lausanne porte le projet lausannois avec l’aide de Nadège Zobrist en cuisine. «Serge lance les idées et je cherche ensuite à les réaliser, explique la Suisso-Brésilienne. Ensuite, on se met à trois, avec Matthieu, pour les valider. La carte reste en constante évolution suite aux commentaires de nos clients.» Voici donc une carte de midi qui décline quelques burgers, sandwiches, salades, tartare ou plat du jour. «Pour le moment, nos best-seller sont les trois burgers et le fish and chips de filets de perche, explique le patron. Et on est content parce que le burger, c’est un truc qu’on trouve partout, du take away au palace. Les nôtres sont différents.»

Les assiettes sont soignées, leur mise en scène classe. Le décor, lui, est signé par le bureau de la femme du chef, Elsa. Un grand bar central, des tables hautes ou basses ajoutent à l’atmosphère lumineuse et urbaine. Car l’endroit se la joue aussi bar toute la journée, avec bières, vins et cocktails servis dans sur fond musical. La carte des tapas permet de les accompagner avant le soir, où tapas, planchettes et bruschettes diverses s’invitent à table.

L’adresse mise donc large, pour un public plutôt jeune et urbain. «On n’est pas un resto famille, sourit Matthieu Jammers. Et on veut promouvoir un service de qualité. On dit toujours que si le service est excellent, les gens reviennent.»

Rue du Petit-Chêne 11, Lausanne. Tél. 021 312 40 12. Ouvert de 10 h 30 à 23 h 30 du lundi au mercredi, de 10 h 30 à 1 h le jeudi, de 10 h 30 à 2 h les vendredi et samedi. Fermé le dimanche. (24 heures)

Créé: 08.12.2017, 10h50

Vingt ans et quatre adresses genevoises

Serge Labrosse est natif de Saône-et-Loire. Le quinquagénaire y a très vite trouvé sa passion pour la cuisine, entre sa mère et sa grand-mère. A 14 ans, il rentre au lycée hôtelier de Mâcon et organise le repas de communion de sa sœur pour 60 convives. ce sera ensuite une expérience à Jérusalem avant un retour en France qui le voit au Martinez de Cannes, chez Jean-Pierre Billoux à Dijon puis chez Alain Dutournier à Paris. Il y a vingt ans, il débarque à Genève, un dimanche pluvieux, à l’Hôtel Richemond où il conjugue sa cuisine méditerranéenne.
Il reprend le Buffet de la Gare des Eaux-Vives, avec laquelle il obtient sa première étoile, avant que la nouvelle ligne du CEVA ne signe la fin de son restaurant. Après le Flacon, à Carouge, il a repris il y a deux ans la Chaumière, à Troinex (1 étoile). Il a également lancé le Boléro, un bar à vins-brasserie à Versoix, où il décline déjà tapas, brasserie et bistronomie. Il a également ouvert, avec son fidèle Jérémy Schambacher, Les Ateliers, qui proposent des cours de cuisine à Genève. Et son dernier-né, le Sesflo, ouvert à mi-novembre à Genève, décline aussi ses plats colorés, goûteux et élégants.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.