Le soleil méditerranéen brille sur les plats des Saisons lausannoises

Le coup de fourchetteDans le restaurant chic de l'Hôtel Mövenpick, à Ouchy, une nouvelle formule tient bon la barre face au lac.

Le chef Laurent Petit, ici avec sa sous-cheffe Margot Trudelle, change la carte chaque mois.

Le chef Laurent Petit, ici avec sa sous-cheffe Margot Trudelle, change la carte chaque mois. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’Hôtel Mövenpick a profité d’importantes rénovations pour transformer le concept de l’un de ses deux restaurants, La Pêcherie, dédié jusqu’alors aux produits du lac et de la mer. Aujourd’hui, les Saisons proposent chaque mois une nouvelle carte composée de cinq entrées, cinq plats et cinq desserts. Le client a le choix entre une formule à deux mets (45 fr. et 58 fr.) ou à trois (68 fr.). Des toiles colorées habillent la salle à la décoration sobre, voire un peu froide en ce dimanche soir peu fréquenté. La chaleur est à chercher dans les assiettes imaginées par Laurent Petit, en charge des restaurants de l’hôtel quatre étoiles d’Ouchy depuis quatre ans. Originaire de Cannes, le Français, descendant d’une longue lignée de chefs, fait venir le soleil méditerranéen dans ses plats, avec une cuisine légère aux cuissons parfaitement maîtrisées.

En entrée, l’œuf frit et son cœur coulant accompagné d’artichaut violet en vinaigrette offrent un mélange de textures très abouti. Le saumon gravelax mariné à la betterave convainc un peu moins, la racine dominant légèrement cette deuxième entrée. On a toutefois apprécié le disque de gelée de coriandre qui apporte une note fraîche et inattendue.

Les plats principaux ont rempli toutes les attentes. Le rack d’agneau cuit à basse température est tendre et rosé à souhait. Les petits légumes, dont les minicarottes glacées, restent croquants et se marient à merveille au jus corsé à l’ail confit et à la délicieuse purée de vitelotte. Quant aux Saint-Jacques entourées de lard sec du Valais, elles sont généreuses et fondantes. A la carte, un grand choix de crus au verre permet de varier les plaisirs. Le sauvignon blanc du Val de Loire (7 fr.) se marie agréablement à l’œuf tout comme l’Amarone (10 fr. 50) à l’agneau.

Côté dessert, on aurait aimé être plus surpris par la poire pochée vanille tonka et son coulis au chocolat, pas assez chaud ce soir-là. La banane et son chocolat au lait ont, eux, été bien revisités avec un sablé maison très croustillant.

Créé: 10.11.2017, 11h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.