Tapenade, olivade, quelle regalade!

FEMINALes pâtes d'olive égaient les apéritifs. Dix grand chefs proposent de les associer avec des pistaches, des tomates séchées ou des figues.

Image: Corinne Sporrer

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le mot tapenade est souvent employé à mauvais escient. A l’origine il s’agit d’une pâte de câpres et non d’olives. Petit rappel historique, les premiers câpriers importés en Provence depuis la Crète, au VIe siècle, étaient appelés tapenei et la recette occitane tapena. En 1880, le chef Meynier du restaurant la Maison dorée, à Marseille, invente une préparation à base de câpres et d’olives à laquelle il ajoute de l’anchois, du thon mariné, des épices, du poivre, de l’huile d’olive et un peu de cognac. Le tout servait à agrémenter des œufs durs. La tapenade était née.

Aujourd’hui elle se compose essentiellement d’olives. Classiquement, elle se présente noire ou verte, se tartine sur des canapés ou se déguste avec des bâtonnets de légumes, genre carottes, raves ou poivrons. Elle enchante les apéritifs pour leur donner un petit air provençal et s’invite dans les farces pour la volaille ou le poisson. Surtout, elle prend des libertés bien gourmandes en s’associant avec des herbes ou des fruits secs.

Les olivades de dix chefs étoilés

A Lausanne, place de la Palud, une très jolie échoppe tout en bois, Oliviers Co, renferme des merveilles à base d’olive. Il y a évidemment les huiles grand cru, mais aussi les olivades originales de dix grands chefs français. «On appelle tapenade la préparation classique à base d’olives, câpres, anchois et ail, explique Virginie, la sympathique gérante, et olivade lorsqu’il y a adjonction d’autres ingrédients.» Dans la gamme gourmande, on découvre l’olivade au citron confit de Michel Roth, chef bien connu des Genevois puisqu’il s’est installé dans les cuisines du restaurant Bayview de l’hôtel Président Wilson. «Il en ressort un intéressant petit goût de lime en fin de bouche», précise la connaisseuse, qui la conseille simplement sur des toasts ou en accompagnement d’un poisson. Il y a aussi, comme belle découverte, l’olivade noire à la tomate d’Eric Fréchon, chef du Bristol, à Paris. «Elle offre un bel équilibre entre acidité et douceur. On ne retrouve pas l’amertume de la tapenade.» Idéal pour sublimer un plat de pâtes ou à associer avec une brouillade d’œufs.

La dégustation se poursuit en Côte d’Azur avec l’olivade noire à la noix de Jacques Chibois, dans le Var, avec celle au basilic de Philippe Da Silva et à Paris avec celle à la moutarde d’Orléans d’Alain Passard, de l’Arpège. Une délicatesse qui se marie avec une viande rouge ou une salade d’avocat.

Chèvre et tapenade

On s’évade à Florence avec l’olivade noire à la figue séchée d’Enzo Pettè: «C’est ma préférée, avoue Virginie. Elle est subtile et harmonieuse, relevée d’une pointe sucrée. Avec un fromage de chèvre, elle atteint au divin et plaît beaucoup aux enfants.» Vous trouverez également des olivades vertes à l’anchois (Reine Sammut), à l’amande (les frères Pourcel) et à la pistache, d’Alain Llorca. «Les gens préfèrent les noires, un peu plus douces et généralement moins salées, précise Virginie. Celle à la pistache remporte un beau succès car elle est très parfumée.»

Chez Oliviers Co, vous ne repartirez pas sans une petite recette facile, comme les feuilletés de chèvre et tapenade. Pour cela, il vous faut un pot de tapenade noire, 20 cl d’huile d’olive, une pâte feuilletée prête à l’emploi, un fromage de chèvre et du poivre. Vous préchauffez le four à 200°C vous déroulez la pâte et étalez la tapenade sur toute la surface. Vous repliez la pâte en deux et vous coupez des bandes avec une roulette à pizza. Sur une feuille de papier sulfurisé, vous les faites cuire au four pendant dix minutes. A servir avec un fromage de chèvre légèrement arrosé d’un filet d’huile et de poivre. Bon appétit!

A savoir: Oliviers Co, place de la Palud 13, Lausanne. Tél. 021 311 38 80. A Genève, place du Bourg de Four 8. Tél. 022 310 51 64. oliviersandco.ch

Le vin LE CHARMONT
«Le charmont est un cépage blanc obtenu en 1965, à Pully (VD), explique Paul-Henri Soler, vigneron à Meyrin (GE). Il est issu d’un croisement par fécondation entre le chasselas et le chardonnay. Il s’ensuit un vin blanc séduisant, avec une attaque en bouche assez ronde, des notes florales et fruitées, de pêche ou de tilleul. Je l’ai appelé Tropicôle, clin d’œil à ma fille qui toute gamine n’arrivait pas à prononcer tropical. Il est idéal pour l’apéritif, mais il accompagne aussi les tapenades et les grillades. Je le conseille également avec un fromage à pâte persillée ou un chèvre.»

Paul-Henri Soler, avenue de Mategnin 60, Meyrin (GE). Tél. 022 340 64 38. Présent sur le marché de Carouge, le samedi matin


GOURMANDISES Par Philippe Durandeau

Le chef Philippe Durandeau est un gourmand. Après avoir dirigé les cuisines du restaurant du parc des Eaux-Vives et de l’hôtel La Réserve, pendant 17 ans, il a repris deux institutions genevoises, le Café de la Paix, au boulevard Carl-Vogt, et le mythique Olivier de Provence, à Carouge.

«Ce sont deux endroits magnifiques. J’ai donné au premier un côté bistronomique avec un accent sur les produits de proximité et de saison. J’ai gardé l’esprit du deuxième avec un côté méditerranéen tout en modernisant le décor.»

Aujourd’hui, sur l’élégante terrasse carougeoise, se suivent en entrée les gambero rosso crues ou les aubergines grillées, burrata, câpres tiges et pain carasau. Puis, toujours avec cet air du sud, s’inscrit le carré d’agneau, sa bruschetta d’aubergine, ses légumes grillés et sa tapenade. Ou encore le festival de poissons selon arrivage, bar entier, turbotin ou dorade royale. Sans oublier la traditionnelle bouillabaisse à déguster à deux. «Nous pouvons aussi associer la tapenade avec des filets de rouget en escabèche», précise le chef qui ne manque pas d’idées ni d’envie de faire plaisir. En dessert les saveurs occitanes se poursuivent avec la fameuse tropézienne, le baba au rhum ou le pot de glace… à se partager près des oliviers.

L’Olivier de Provence, rue Jacques-Dalphin, Carouge (GE). Tél. 022 342 04 50. www.olivier-de-provence.ch


DESSERT

L'olive provençale
La recette de Philippe Riquier chef pâtissier à l’Olivier de Provence

Pour 4 personnes

Biscuit léger aux fraises et olives séchées
38 g de beurre
105 g de sucre
15 g de vanille liquide
8 g de levure
105 g de farine
280 g de pulpe de fraise
50 g d’olives séchées
Mélanger tous les ingrédients dans l’ordre et cuire au four à 180 degrés

Siphon d’huile d’olive et citron confit
200 g de citron confit
150 g d’huile d’olive
80 g de blanc d’œuf
3 feuilles de gélatine
Mixer le tout et mettre en siphon
300g brunoise de fraises

Olive en Sucre
600 g d’isomalt
Fondre l’isomalt puis souffler le sucre pour obtenir une forme d’olive

Sorbet Citron
500 g de jus de citron
410 g de sucre
0,74 litre d’eau
Faire bouillir le tout, mixer et passer à la sorbetière

Finition
Percer l’olive d’isomalt avec un emporte-pièce chaud et la garnir avec les éléments. Fermer l’olive avec le biscuit. Poser sur une assiette avec une branche d’olivier sur la boule.

Retrouvez plus de contenu Femina sur www.femina.ch

(Femina)

Créé: 05.09.2018, 09h57

Articles en relation

Le pain dans tous ses états

FEMINA Avec de l'imagination, cet aliment peut devenir royal. Salé ou sucré, il épaissit les velouté et enchante les enfants. Recette. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.