Passer au contenu principal

La touche féminine signée Brigitte Violier

L’ancienne patronne de Crissier retrouve le bonheur de travailler en équipe en devenant directrice artistique.

Brigitte Violier, la nouvelle directrice artistique du guide «Tables Ouvertes».
Brigitte Violier, la nouvelle directrice artistique du guide «Tables Ouvertes».
Chantal Dervey

La soirée est magnifique sur les hauteurs de Monthey. Au cœur des igloos du complexe Whitepod, aux Giettes, un groupe hétéroclite prend l’apéro joliment agencé sur d’anciennes luges en bois. On y trouve les sportives Géraldine Fasnacht et Fanny Clavien, les chanteuses Naty et Diane Tell, Slobodan Despot, Jean-Charles Simon, Bouillon et Alain Morisod accompagné de son épouse Mady.

Tous sont parrains du guide «Tables Ouvertes», lancé il y a presque dix ans par deux amis, Jean-Charles Buffat et Xavier Brun. Un petit livre qui permet au deuxième convive de manger gratuitement dans 150 établissements choisis avec soin pour la qualité et la convivialité de leur offre.

Discrète, mais bien au centre de la soirée ponctuée par un repas au restaurant Les Cerniers (arrosé par les nectars du vigneron François Grognuz), qui figure dans le guide – dont l’édition 2020 sortira en novembre – Brigitte Violier a profité de l’occasion pour annoncer qu’elle occupe désormais la place de directrice artistique de «Tables Ouvertes».

«Je préfère le mot artistique à directrice, explique doucement la veuve de Benoît Violier, qui était lui aussi parrain de «TO». Je retrouve le bonheur de travailler en équipe avec Jean-Charles et Xavier, et les échanges sont au cœur de nos journées. Il n’y a rien de directorial là-dedans, que de la complicité et de la convivialité. Chacun fait des suggestions et on en discute en toute liberté.»

«Je me balade, je goûte puis j'en parle»

Que veut dire «directrice artistique»? Vous vous occupez du look du guide?

Oui, ça commence par ça. J’y apporte une touche de féminité, comme c’était le cas au restaurant. Moi qui viens du monde de la beauté et du luxe, je prenais énormément de plaisir à m’occuper de la décoration. Je veux que ce guide devienne un objet qu’on soit heureux de feuilleter et fier de montrer. Je suis perfectionniste, ce qui veut dire que je ne suis jamais satisfaite. Mais je m’y applique du mieux que je peux. Comme toutes les femmes, j’aime les magazines. J’attache de l’importance au visuel, aux photos, aux couleurs, aux polices d’écriture. Mais je ne révolutionne rien non plus. L’édition 2020 est encore en finalisation, mais les changements sont soft. Il y a une tradition à perpétuer, les fidèles doivent s’y retrouver. Mais ils auront aussi le bonheur d’y découvrir de nouvelles adresses très belles.

Vous intervenez donc aussi dans le choix des restaurants?

Je prends part à la discussion, oui. Je suis très heureuse que mes petits chouchous, qui ont fait un travail fabuleux pour reprendre la Maison Wenger, au Noirmont, figurent dans le guide. C’est une réelle institution, pas tout à fait Crissier mais pas loin, et ce qu’ils en ont fait est magnifique. Il faut que les gens y aillent. J’aime soutenir les traditions – car rien n’est plus difficile que de durer –, mais aussi l’audace des gens qui osent.

Comme les invités de ce soir, les adresses qui s’y trouvent sont totalement hétéroclites.

Oui, et c’est aussi ce qui m’a séduite dans cette démarche. Je prône un retour à des choses simples, la nature, un bon repas avec un bon verre entre amis. Et celui-ci peut aussi bien se prendre à la table d’un trois-étoiles que d’un petit restaurant plus discret. Dans la vie, je me balade, je goûte, puis j’en parle aux garçons si ça me touche. Avec le guide, on soutient tous les restaurateurs. Nos établissements prestigieux permettent d’attirer de futurs clients qui iront ensuite découvrir des adresses moins connues. «Tables Ouvertes» propose des moments à partager, mais sans jamais juger.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.