Vincent Graenicher est toujours en quête de tranchant

Tartegnin Les Graenicher ont fêté 50 ans de présence au Domaine Es Cordelières, à Mont-sur-Rolle, que le fils a élevé au rang de 1er Grand Cru.

Vincent Graenicher dans les vignes du Domaine Es Cordelières (en arrière-fond) dans la zone où il produit davantage.

Vincent Graenicher dans les vignes du Domaine Es Cordelières (en arrière-fond) dans la zone où il produit davantage. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il rentre d’un premier voyage au Japon pour tenter d’y placer ses chasselas (avec succès). «On m’a dit que mes vins étaient trop bon marché. Ça surprend toujours quand on vient de La Côte.» Vincent Graenicher est l’homme à tout faire du domaine qu’il a repris de son père Hans-Ruedi en 2012, jonglant entre la vigne, la petite cave toute équipée pour ses vins, la vente et le marketing, «comme beaucoup de vignerons ici. Vendre le vin est le plus difficile, même quand on met toute son âme dans les bouteilles.»

A chaque génération, les Graenicher ont fait un pas. L’arrière-grand-père bernois venu reprendre un domaine agricole à Denens à une époque où on manquait de paysans; le grand-père vigneron-tâcheron au Clos du Roussillon, déjà à Tartegnin, décédé prématurément; le père, apprenti typographe qui a dû reprendre à 17 ans, avant de louer le Domaine Es Cordelières en 1967, puis d’acheter des parcelles pour en faire le Domaine de Penloup; le fils qui a réussi à amener Cordelières en 1er Grand Cru en 2012, le sommet de la pyramide des AOC vaudoises.

Pourtant, le parcours du jeune homme a commencé sans folie il y a vingt-six ans. «J’ai fait mon apprentissage de vigneron mais je n’étais pas le plus assidu. J’étais plus intéressé par le cinéma que par la vigne. La passion m’est venue plus tard.» Il poursuit pourtant, fait Changins, son brevet fédéral, part un an à Nappa Valley, mais un an seulement. «C’est un de mes regrets, ne pas avoir davantage exploré d’autres régions viticoles, même en Suisse.» De retour à Tartegnin, il seconde son père tout en donnant beaucoup de temps à l’armée suisse.

Aux commandes des deux domaines depuis cinq ans, il décide de monter encore en qualité et se lance dans l’aventure lorsque le canton de Vaud crée les 1er Grand Cru: «J’avais dégusté des vieux millésimes des Cordelières qui m’avaient convaincu de leur potentiel de vieillissement. Et le domaine répondait aux contraintes historiques exigées. La densité de plantation demandée était déjà là. Et les dégustateurs officiels ont trouvé que le vin correspondait à la qualité nécessaire. J’avais décidé de sélectionner uniquement le raisin des vieilles vignes qu’on cueille à la main. Parce que tout commence là, à la vigne.» Le reste de la vendange est vendue en Mont-sur-Rolle, pour éviter une confusion sur le nom.

La quête de qualité continue à la cave, avec un pressurage tout doux, la mise de côté des fins de presse «qui amènent trop de volume», une vinification toute simple, pas de préfiltrage, juste un filtrage à la mise en bouteille. «Je fais quand même une fermentation malolactique parce que je trouve qu’elle permet d’exprimer le terroir. Peut-être que pour le 2017 qui s’annonce très bien, une partie du vin ne fera que la fermentation alcoolique.»

On l’a bien compris, le garçon recherche la droiture, la finesse, le tranchant pour ses vins. «Cette recherche du 1er Grand Cru m’a permis de faire un pas dont ont profité tous mes autres vins. Avant, ils étaient classiques, comme beaucoup de mes concurrents de la région. Là, j’essaie de les distinguer.»

Cela commence à la vigne, cultivée uniquement avec des produits bio. «On ne met pas d’engrais et on désherbe un minimum à la main. Avec quelques collègues, on va s’équiper d’une machine à semis direct pour planter graminées et légumineuses sans retourner le sol. Ce sont ces plantes qui vont amener l’azote.»

Reste à vendre. «Cela m’a demandé des tonnes d’énergie et de motivation pour convaincre avec les Cordelières qui n’étaient pas connues. Ça marche mais ça prend du temps. Heureusement, mon père m’épaule encore. Mais j’aimerais être davantage dans mes vignes.»

(24 heures)

Créé: 21.09.2017, 16h55

Fiche technique

Quoi?
Deux domaines pour un total de 6,5 ha, dont 3,2 en propriété à Penloup (Tartegnin), Le Domaine Es Cordelières (d’un seul tenant à Mont-sur-Rolle) est en location depuis cinquante ans. Chasselas majoritaire parmi les huit cépages.

Combien?
Cinq vins blancs, un rosé, quatre rouges et un effervescent en préparation. De 7 fr. 90 (Clos des Cordelières anniversaire) à 28 fr. (merlot Le Falerne). Encore un peu de vrac.

Comment?
L’essentiel en vente directe aux particuliers, 30% en restauration, un peu chez SVR.

Où?
Domaine de Penloup,
ch. de Penloup 3, Tartegnin.
Tél. 079 671 72 91.

www.graenicher-vins.ch.

Mercredi (16h-19h), samedi (10h-13h) ou sur rendez-vous.

Trois vins dont il est fier

Domaine Es Cordelières 1er Grand Cru 2015, 75 cl, 17 fr.
Parcelle d’un hectare du domaine à bas rendement, récolté uniquement sur les vieilles vignes de plus de 35 ans, à la main. «On cherche la maturité optimale, je veux du fruit mûr en bouche.» Pressé au domaine avant un élevage long en cuve sur lies. «C’est un chasselas de garde, avec de la minéralité, de la fraîcheur et de la tension. Je veux exprimer le terroir dans un vin racé.»


Le Mamertin 2016, 75 cl, 16 fr.

Nommé selon un vin romain connu pour être fruité, le Mamertin 2016 assemble 85% de pinot blanc et 15% de chardonnay, une proportion qui peut varier selon les années. Pressurage lent et doux en grappes entières. Pas de fermentation malolactique. Elevage sur lies fines sans remontage. «Je voulais garder un profil tranchant, droit, fin. Il a un côté agrumes, citron et pamplemousse mais aussi une petite rondeur que j’aime bien.»


Le Falerne 2015, 75 cl, 28 fr.
Les Romains appelaient ainsi un vin rouge long et fruité, réputé pour se conserver longtemps. Celui-ci est un pur merlot, récolté tardivement. Les rendements sont bas (0,45 l/m2). Pressurage en douceur, avant un élevage en barriques (moitié de neuves). «Je le trouve gourmand, presque crémeux.» Nez de fruits rouges et noirs, avec des pointes d’épices, belle trame tannique, notes de café et de fumé.

Articles en relation

Taux de sucre record pour récolte abondante

Vendanges Les premiers raisins ont été récoltés pour le mousseux. Les autres attendront la mi-septembre, et devront faire face aux guêpes et aux oiseaux. Plus...

Des vendanges précoces et un millésime prometteur

Viticulture Les vendanges devraient débuter mi-septembre avec dix jours d’avance. Hormis des épisodes isolés de gel et de grêle, le bilan viticole 2017 est très bon Plus...

La Suisse romande à l'heure des sécateurs

Vendanges Le gros de la vendange entrera en cave durant les deux semaines à venir. La récolte a une vingtaine de jours d'avance comparée à l'an dernier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...