Passer au contenu principal

Le 13 avril 1960, le peuple suisse, ému, a dit adieu à son général

Le cortège funéraire d’Henri Guisan rassembla plus de 120 000 personnes à Lausanne.

Le convoi funéraire sur la place de la Riponne, à Lausanne.
Le convoi funéraire sur la place de la Riponne, à Lausanne.
24H

Le 7 avril 1960, à Pully, disparaissait Henri Guisan, à l’âge de 86 ans, dans son sommeil. Le lendemain, afin de lui rendre hommage, la Feuille d’Avis de Lausanne consacrait quatre pages spéciales à celui que personne n’avait arrêté d’appeler tout simplement «le général». L’émotion est grande en Suisse, où Guisan, comme l’écrivit le rédacteur en chef Pierre Cordey, «a incarné mieux qu’aucun autre la volonté de résister» au moment où le pays était entouré par les puissances de l’Axe lors de la Seconde Guerre mondiale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.