Le 23 janvier 1924: Lénine meurt dans sa villa, non loin de Moscou

Dans la «Feuille d'Avis de Lausanne»Le chef du gouvernement des soviets de Russie a succombé à une paralysie des centres respiratoires.

Le corps de Lénine a été embaumé en 1924.

Le corps de Lénine a été embaumé en 1924. Image: CORBIS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Lénine est mort dans la banlieue de Moscou, dans sa villa. Son corps a été transporté à Moscou. Il sera exposé au public pendant trois jours à la Maison des syndicats.» Le titre «La mort de Lénine» barre le haut de la page 4 de la Feuille d’Avis de Lausanne du 23 janvier 1924. Des notes biographiques apparaissent plus loin dans le journal. Il a succombé à une «paralysie des centres respiratoires» suite à une autre paralysie, celle des «fonctions mentales».

«Le camarade Lénine, de son vrai nom Vladimir Ilitch Oulianof, était né à Simbirsk le 10 avril 1870. Son père y était directeur des écoles populaires, avec le titre de conseiller d’Etat. Ce fut d’abord un étudiant travailleur et froid. Ses professeurs déploraient son manque total de sociabilité. Il avait 17 ans lorsque son frère aîné, Alexandre Oulianof, fut pendu avec quatre camarades pour avoir ourdi un complot contre la vie du tsar Alexandre III.» Lénine, qui a étudié le droit, se met très vite au service des idées révolutionnaires et fomente des grèves.

Arrêté, il est exilé en Sibérie par deux fois et gagne l’étranger. Mais il revient en secret dans son pays. «II fut en 1905 l’instigateur de l’assassinat du grand-duc Serge à Moscou. Il parvint une fois de plus à s’enfuir, gagna la Suisse, vécut à Lausanne, à Berne, à Genève, vivant en apparence très paisiblement et correctement, mais groupant solidement ses partisans, Zinoviev, Kamenef et tant d’autres. (…) Il était en Italie lorsque, en 1917, le gouvernement allemand, reconnaissant en lui un agent destructeur de la Russie, lui facilita la rentrée en Russie.»

Lénine prend facilement les rênes du pouvoir. «Il voulut alors appliquer immédiatement son système de communisme et, pour l’appliquer, dut procéder de la manière la plus radicale par l’arrestation, l’expulsion et la mise à mort de ses adversaires. Il déchaîna de la sorte chez ses propres partisans tous les instincts bestiaux et brutaux que l’horrible guerre avait déjà développés. On sait quel en fut le résultat, les ignobles et innombrables massacres, dont celui de la famille impériale n’est qu’un épisode douloureux. La bête déchaînée, Lénine ne fit rien pour la calmer.»

Il se rend cependant compte, selon la FAL, des erreurs de sa politique. Afin de redresser un pays en ruine, il «modifia dans quelque mesure ses procédés économiques, tout en maintenant les principes intellectuels, religieux, philosophiques qui avaient déterminé, eux, la ruine morale de la Russie».

Bientôt, cependant, le mal physique s’abat sur lui. Que va-t-il advenir du pays? «On sait seulement que ses partisans sont divisés en deux camps, celui des intransigeants avec Kamenef et Zinoviev, celui des modérés avec Trotski. (…) La force des choses veut que la Russie s’oriente vers un régime plus modéré.» Un deuil de six jours est ordonné. (24 heures)

Créé: 23.01.2015, 09h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dès la mi-septembre, le parking «longue durée» de la place Bellerive, à Lausanne, prisé des familles, ainsi que le P+R d'Ouchy seront payants les dimanches. Plus de mille places sont concernées. Paru le 22 août.
(Image: Bénédicte) Plus...