Le 27 novembre 1989: Yvette Jaggi se transforme en Madame la syndic

DANS 24 HEURESEvénement historique: pour la première fois de son histoire, Lausanne sera pilotée par une femme.

Image: Hélène Tobler

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Après les résultats officiels, tout de noir et de rouge vêtue, un superbe bouquet de roses à la main et le visage rayonnant, la nouvelle syndique de Lausanne a fait son entrée à l’Hôtel de Ville, entourée de ses coéquipiers de la majorité rose-verte sous des applaudissements nourris.»

Dans 24 heures du 27 novembre 1989, Françoise Cottet écrit syndique, il faudra un encadré, dans la même page, pour qu’elle annonce, citant Yvette Jaggi: «Je tiens – même si la Chancellerie n’est pas de cet avis – à être appelée la syndic, sans «que» à la fin du mot, ni de «le» devant la fonction!»

Revenons à l’élection de la socialiste. Elle a suivi un parcours exemplaire: élue au National en 1979, au Conseil communal en 1982, conseillère municipale en 1985, elle s’y occupe des Finances. En 1987, elle est plébiscitée au Conseil des Etats. «Yvette Jaggi l’avait dit: «Je ne serai pas un syndic au rabais!» Sans aucun doute, grâce aux deux votations fédérales qui se déroulaient en même temps ( ndlr: l’initiative pour l’abolition de l’armée et celle souhaitant imposer les vitesses 130/100), la participation a, comme elle le prédisait, atteint un record: 57,89%. Du jamais-vu, que l’on pouvait déjà pressentir dans les bureaux de vote, où des queues de votants se formaient.»

La journaliste poursuit son analyse du scrutin. «A relever que des quartiers traditionnellement de droite ont accordé une confiance accrue à Yvette Jaggi alors que, bizarrement aussi, des secteurs connus pour voter à gauche se sont prononcés très en faveur d’Olivier Chevallaz.» Ainsi la Sallaz-Vennes (généralement à droite) a accordé 425 voix à la socialiste et seulement 84 voix de plus au radical. A Malley, si Madame l’emporte avec 135 suffrages, Monsieur la talonne avec 130. Il ne démérite pas au final avec un retard de 1674 voix.

«Les électeurs et électrices lausannois ont voté «cohérent», juge Françoise Cottet. Avec une majorité rose-verte au Conseil communal et à la Municipalité, on voyait mal l’arrivée d’un patron radical et minoritaire. La gestion de la Commune en aurait souffert. L’élu solitaire se serait en outre retrouvé plus d’une fois dans une situation quasi intenable.» Et de donner sa bénédiction au choix du peuple: «C’est à une femme, Yvette Jaggi, qu’il incombera de coordonner, de dialoguer, d’écouter non seulement ses électeurs mais toute une population. En un mot d’être le patron. Femme de tête et de cœur, il se pourrait bien qu’elle y parvienne.» Yvette Jaggi est restée «syndic» de Lausanne jusqu’en 1998.

Articles parus le 27 novembre 1989 dans 24 heures.

Archives consultables ici. (24 heures)

Créé: 27.11.2014, 09h03

Ce jour-là

Tiré de 24 heures du 27 novembre 1989

Votations fédérales: deux initiatives au tapis
Le peuple et les cantons suisses ont dit non ce week-end tant à l’initiative «Pour une Suisse sans armée» qu’à celle qui voulait porter les limitations de vitesse à 100/130 km/h. La première a cependant récolté 35,6% des suffrages et la seconde 38%. Les électeurs ont été particulièrement nombreux à se rendre aux urnes, puisque la participation, avec 68,6%, est la plus élevée de ces quinze dernières années.

Andreas Gross, politologue, à propos de «Pour une Suisse sans armée»
«Un mur politique a lâché en Suisse. L’armée est désavouée par un Helvète sur trois, ce qui ne signifie pas que les deux autres acceptent l’achat d’avions de combat sophistiqués ou se prononcent contre le service civil. On peut raisonnablement penser qu’une majorité de la population souhaite réformer l’armée.»

Lutry: très violent incendie
Dans la nuit de vendredi à samedi, un important incendie s’est produit dans des dépôts au No 8 de la route du Grand-Pont, à Lutry. L’alarme avait été donnée à 1 h 40 du matin. Les pompiers de Lutry sont aussitôt intervenus mais, à leur arrivée sur les lieux du sinistre, toute la toiture des dépôts était déjà embrasée. Des flammes de sept à huit mètres de haut léchaient le ciel noir au plus profond de la nuit. Plusieurs explosions, dues aux bonbonnes de gaz stockées dans la carrosserie, ont compliqué la tâche des pompiers.

Fribourg: meurtre raciste
A Fribourg, dans la nuit de vendredi à samedi, vers 0 h 45, un ressortissant turc kurde, Mustafa Yildirim, 44 ans, requérant d’asile, a été assommé et achevé sur place, à coups de poing et de pied. Les agresseurs, huit Fribourgeois âgés de 16 à 19 ans, ont pris la fuite, avant d’être tous arrêtés. Plusieurs associations ont réagi face à l’horreur de ce crime. Trois manifestations se sont déroulées hier soir dans la ville.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...