La villa d'Orbe hébergeait l'élite de l'Helvétie romaine

PatrimoineUne importante étude fait le point des connaissances sur la villa romaine d'Orbe, la plus grande au nord des Alpes. Dans le luxe, elle appartenait probablement à une des familles les plus importantes d'alors.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Imaginez une imposante façade de 230 mètres de long, un dédale de plus de 110 pièces pour le rez-de-chaussée de la seule demeure principale, des couloirs et salles d’apparat ornés d’une vingtaine de types de marbre importés des meilleures carrières d’Egypte et de Grèce, des portiques, des statues, une vue imprenable sur la plaine. Et rien de moins qu’un ensemble de neuf luxueuses mosaïques aujourd’hui célèbres.

Unique en son genre, l’antique villa romaine d’Orbe Boscéaz en jette toujours autant, même dix-neuf siècles après sa construction.

A son sujet, les meilleurs spécialistes de l’archéologie vaudoise viennent de publier un autre monument. La somme des connaissances sur la plus grande villa romaine connue au nord des Alpes. Cette étude – cinq volumes, 2000 pages, le poids d’un joli marcassin – est qualifiée par Thierry Luginbühl, professeur à l’Université de Lausanne, l’institution en charge des recherches (lire ci-contre), de «sans doute l’une des publications les plus abouties sur une villa rustique». De quoi constituer une véritable immersion dans le quotidien et la demeure d’un des plus riches citoyens de l’Helvétie romaine.

Luxe et vins
Les artefacts retrouvés témoignent d’un faste peu commun sous nos latitudes. De la vaisselle alors inconnue sur le Plateau, importée d’Afrique ou du centre de la Gaule. Des grands crus de Grèce et de Campanie, aux côtés de boissons locales type bière et hydromel. On y pratiquait la chasse: des restes d’ours, de perdrix, et de cerfs ont été mis au jour. Ils se dégustaient notamment dans des salles de banquet, donnant sur la cour et ses colonnes corinthiennes.

Au profit de qui? Sans doute d’une des familles les plus influentes, membre des institutions politiques d’Avenches et très au fait de son succès.

En soi, le plan de la villa s’inspire de plans et de modèles classiques, à l’exemple de la Domus Aurea de Néron (I) ou la villa de Nenning (D). «Mais ici, tout a été doublé, à l’exemple des deux grandes cours, des deux ailes… explique l’archéologue Yves Dubois, par ailleurs président de Pro Urba. Avec l’effet de façade en plus, il y a une volonté ostentatoire manifeste. Sur beaucoup d’aspects, Orbe reste un cas unique, un unicum.» S’y ajoutent deux ensembles de thermes, des appartements pour invités, des salles à manger… Véritable palais à la campagne, proche de l’importante route menant en Gaule par le Jura, la villa remplace aux alentours de 160-170 de notre ère un premier établissement plus modeste. L’hypothèse? Que le propriétaire ait changé, ou que la famille ait subitement monté les gradus de l’escalier social. Un cas de figure qui conviendrait bien aux Macrii, une famille à son apogée au IIe siècle. L’un d’eux aurait suivi une carrière dans la légion, avant de devenir magistrat à Avenches. Ce Q. Cluvius Macer y recevra même une statue et plusieurs honneurs. Autres indices: plusieurs graffitis portant les lettres MA ont été retrouvés sur le site. Au nord de la villa d’Orbe, on a même, fait rare, édifié un temple au dieu Mithra, une divinité d’origine orientale très prisée, notamment des militaires.

Goût et culture
Les propriétaires, qui devaient tirer une partie de leur revenu de l’exploitation du vaste domaine dont l’établissement purement rural n’a, lui, pas encore été fouillé, n’étaient toutefois pas seulement de riches rentiers. Ils avaient du goût. «Les pièces d’apparat avaient des peintures très classiques, poursuit Yves Dubois. Leurs parties privées comprenaient des parois décorées de manière très subtile, plus nouvelle. Elles définissaient le statut des pièces.»

A la lecture des fameuses mosaïques, l’archéologue Daniel Paunier croit reconnaître un propriétaire d’une grande culture. Thésée y illustre le triomphe de l’homme face à la barbarie. Ulysse y incarne les vertus, la victoire sur les hommes et sur soi-même. Ces héros, le public ne peut toutefois les approcher qu’en saison, dans des petits pavillons, ouverts tant bien que mal par une poignée de bénévoles. La plus belle villa antique de Suisse attend toujours un écrin à sa mesure. (24 heures)

Créé: 19.01.2017, 16h11

Un site historique et formateur

Abandonnée à la fin de l’Antiquité puis oubliée sous un petit bourg médiéval et finalement sous les labours, la villa d’Orbe sera explorée par les Bernois, puis réellement révélée à l’occasion de la construction de la semi-autoroute de Vallorbe. Cette dernière sera d’ailleurs détournée pour épargner le site. Sa fouille sera confiée à l’Université de Lausanne, qui y a formé ses étudiants pendant dix-huit ans. Un certain Laurent Flutsch, humoriste et directeur du Musée de Lausanne-Vidy, y a notamment fait ses armes. Plusieurs travaux d’étudiants ont été intégrés dans l’étude fraîchement publiée. Ces Cahiers d’archéologie romande 161 à 165 (Urba I et Urba II) se commandent au Musée cantonal d’archéologie, à Lausanne.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...