Le 6 mai 1916: la princesse fêtera son centenaire à Lausanne

Dans la «Feuille d'Avis de Lausanne»Née en 1816 à Moscou, Léonille de Wittgenstein vivait depuis 1872 sur la rive du Léman.

«Portrait de Léonille, princesse de Sayn-Wittgenstein-Sayn», au temps de sa splendeur (en 1843 à Paris), par le peintre du gotha européen Franz Xaver Winterhalter.

«Portrait de Léonille, princesse de Sayn-Wittgenstein-Sayn», au temps de sa splendeur (en 1843 à Paris), par le peintre du gotha européen Franz Xaver Winterhalter. Image: GETTY/LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Elle est née Leonilla Ivanovna Bariatinskaia à Moscou le 9 mai 1816, dans l’une des familles princières les plus illustres de Russie. Sa vie fut celle d’une authentique princesse, touchée de près ou de loin par toutes les guerres et révolutions du XIXe et du début du XXe siècle.

En ce mois de mai 1916, elle s’apprête à fêter son 100e anniversaire, et la Feuille d’Avis de Lausanne lui rend hommage: «Mardi prochain, une cérémonie très intime réunira à Mon Abri (ndlr: la villa lausannoise de la princesse, à l’avenue de l’Elysée) et à l’église catholique d’Ouchy les parents et les amis de Mme la princesse de Sayn-Wittgenstein-Sayn.»

A la cour de Nicolas Ier

Léonille vécut plusieurs années à la cour du tsar Nicolas Ier à Saint-Pétersbourg, où sa beauté et son intelligence firent forte impression. A 18 ans, elle épouse un cousin de sa mère, de 17 ans son aîné, le prince Louis de Wittgen­stein. Fils d’un maréchal qui, en 1812, commanda l’armée russo-prussienne face à celle de Napoléon, il est depuis son veuvage l’un des plus grands propriétaires terriens d’Europe. Louis et Léonille auront quatre enfants.

Après avoir vécu à Berlin, ils se fixent à Paris. «Pendant plus de trente ans, narre la Feuille, le salon de la princesse fut fréquenté par l’élite aristocratique et intellectuelle. En février 1848, la princesse vit de ses fenêtres fuir le roi Louis-Philippe chassé du palais des Tuileries par la Révolution. Quelques semaines plus tard, elle vit l’émeute grondante devant le palais royal de Berlin.» Les Allemands rejoignaient alors le soulèvement révolutionnaire du Printemps des peuples qui bouleversa l’Europe cette année-là. La guerre franco-allemande de 1870 la déchira: elle avait des amis dans les deux camps.

La providence des pauvres de son quartier

Veuve en 1866, la princesse résolut de s’installer à Lausanne après un séjour au Beau-Rivage. Elle acheta la propriété de Mon Abri, une sorte de grand chalet, en 1872. «La princesse de Wittgen­stein a été la providence des pauvres du quartier d’Ouchy, et en même temps de la paroisse catholique de Lausanne.»

En 1879, elle fit bâtir à ses frais l’église du Sacré-Cœur d’Ouchy, dans le style byzantin. «Quant au salon (ndlr: monarchiste) de Mon Abri, poursuit la Feuille, il a continué celui de Paris. (…) La princesse a ainsi contribué à donner à Lausanne une notoriété point bruyante, mais néanmoins très efficace. Dans ce cercle d’intellectuels, la princesse a été reine par la dignité, par la beauté et par l’intelligence.»

Très affectée par les événements de la Première Guerre mondiale, la princesse Léonille de Sayn-Wittgenstein-Sayn est décédée le 1er février 1918 à Lausanne, à 101 ans et 9 mois. (24 heures)

Créé: 06.05.2016, 09h40

Ce jour-là

Lausanne : Ramassage de bois mort Communiqué de la Direction des domaines de la Ville: «Les personnes indigentes, de nationalité suisse, habitant le territoire de la commune, ainsi que les bourgeois de Lausanne, domiciliés sur le territoire des communes voisines, sont avisés que les permis pour le ramassage du bois mort seront délivrés au Service des forêts, annexe de l’Hôtel de Ville, les mercredis et samedis, de 8h à 12h.»

Montreux : Au champ d’honneur Le 3 janvier est mort à l’Hôpital militaire de Bussang (Vosges), des suites d’une grave blessure reçue dans un combat au Hartmannsweilerkopf (ndlr: surnommé «la montagne de la Mort» par les poilus), un enfant de Montreux, André Chevalley, chasseur de 1re classe à la 3e compagnie du IIe bataillon de chasseurs à pied, qui, avant la guerre, était employé comme charretier-livreur à la Société des eaux alcalines. Chevalley avait fait cinq ans de Légion étrangère; c’était, en son temps, une forte tête pour qui la vie de tous les jours était trop mesquine pour son besoin d’aventures; mais c’était un excellent cœur et ce fut un soldat héroïque, ainsi qu’en témoigne la distinction dont il a été l’objet. La croix de guerre avec palme lui a été remise le jour de sa mort avec la mention: «Excellent chasseur, courageux et dévoué. Blessé très grièvement le 31 décembre 1915, à son poste de combat, au cours d’un violent bombardement. Amputé de la cuisse droite.» André Chevalley était âgé de 28 ans.

34,2 En millions, le nombre de lettres et de cartes postales transmises par la poste de campagne de l’armée suisse en 1915. A quoi il faut ajouter 20,5 millions de paquets, 3,5 millions de journaux et des mandats pour une somme de 18,5 millions de francs.

Yverdon : Internés franco-belges Trois officiers français et belges, internés à Yverdon, sont allés à l’Hôtel de Ville remercier les autorités et la population pour toutes les marques de sympathie qui leur ont été témoignées.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...