Une jeune Morgienne à la cour de Catherine II de Russie

Livre«Je suis moi, ils sont eux» révèle la destinée de Jeanne-Huc Mazelet, gouvernante d'une princesse.

Le palais de Catherine à Tsarskoïe Selo par Friedrich Hartmann Barisien, 1760. Image tirée du livre.

Le palais de Catherine à Tsarskoïe Selo par Friedrich Hartmann Barisien, 1760. Image tirée du livre. Image: MUSÉE D'ÉTAT DE TSARSKOÏE SELO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En été 1790, la Morgienne Jeanne Huc-Mazelet, âgée de 25 ans, issue d’un milieu de commerçants peu fortunés mais cultivés, quitte la rive du Léman pour celle de la Neva, le fleuve qui traverse Saint-Pétersbourg. Sa mission: être la gouvernante de la grande-duchesse Marie Pavlovna, 4 ans et demi, petite-fille de l’impératrice Catherine II, cinquième enfant et troisième fille de son fils l’archiduc Paul.

La Vaudoise, qui en partant ne connaissait ni la durée de son «exil» ni le montant de son salaire, pensait passer quelques années en Russie. Elle va y consacrer près de quinze ans de sa vie, connaître trois monarques – Catherine II, son fils Paul Ier et son petit-fils Alexandre Ier – sans se départir de son rôle d’observatrice discrète et attentive. Sa riche correspondance avec sa famille fait l’objet d’un livre de la collection Ethno Doc, qui sort de l’ombre sa destinée aussi bien que les coulisses de la vie de l’une des plus grandes cours du Siècle des Lumières.

«Je veux devoir ma fortune à mon mérite et point à une épousaille»

Des textes présentés et annotés par des spécialistes, qui permettent d’en savoir plus sur le contexte et les personnages croisés par Mlle Mazelet, de la petite colonie de compatriotes expatriés qu’elle fréquente – dont bien sûr son protecteur Frédéric-César de La Harpe, précepteur du futur empereur Alexandre Ier – à l’élite aristocratique qu’elle frôle.

Dans les ors des palais impériaux, la jeune et modeste Morgienne qui veut «devoir [sa] fortune à [son] mérite et point à une épousaille» va surtout développer une extraordinaire relation d’amitié et de confiance avec sa futée pupille, la future princesse éclairée de Saxe-Weimar-Eisenach, amie des arts et des sciences. Jusqu’à la mort de sa «Jeannette», sa «meilleure amie», en 1852, Marie Pavlovna lui témoignera une affection et une reconnaissance infinies.

Créé: 21.04.2019, 09h04

Articles en relation

Des gouvernantes vaudoises à la cour impériale de Russie

Histoire d'ici Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, des jeunes femmes s’établirent en Russie pour participer à l’éducation de l’élite. Plus...

Quand les précepteurs suisses s’arrachaient

Histoire Longtemps le français fut la langue des gens éduqués. C’est pourquoi au XVIIIe et au XIXe siècles, les aristocrates d’Allemagne et de Russie confiaient volontiers leurs enfants à des précepteurs ou des gouvernantes suisses romands. Plus...

Proscrit, le dernier empereur d’Autriche se réfugie à Prangins

Histoire d'ici - 1919 Son empire démantelé, ses biens saisis, Charles de Habsbourg doit mettre sa famille à l’abri. Ce sera en Suisse, à laquelle des liens ancestraux le rattachent. Plus...

Jeanne Huc-Mazelet

Portrait de Jeanne Huc-Mazelet, pastel, école suisse, XIXe siècle. Image tirée du livre. (Image: Coll. Privée)

Le livre



«Je suis moi, ils sont eux. Journal et lettres d'une gouvernante à la cour de Russie, 1790-1804.»
Jeanne Huc-Mazelet
Ethno Doc, Éditions d’En Bas

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.