Passer au contenu principal

Le banquet princier médiéval, une expérience sensorielle

Les festins devaient émerveiller les convives tant par une profusion de prouesses scéniques et musicales que par des exploits culinaires. Un colloque et un cours public explorent la gastronomie du Moyen Age.

«Les très riches heures du duc de Berry», mois de janvier, par les frères Paul, Jean et Herman de Limbourg, entre 1412 et 1416.
«Les très riches heures du duc de Berry», mois de janvier, par les frères Paul, Jean et Herman de Limbourg, entre 1412 et 1416.
MUSÉE CONDÉ, CHANTILLY

Lorsque l’on pense à un banquet du Moyen Age, l’image qui vient immédiatement à l’esprit est une riche table couverte de mets à profusion avec de nobles convives attablés et des serviteurs s’affairant en tous sens. Ce tableau est-il confirmé par les textes médiévaux? Il faut d’emblée constater qu’à la lecture des chroniques rédigées au sein des grandes cours d’Occident, nous restons littéralement sur notre faim si nous voulons en savoir plus sur les aliments dégustés! Et pour cause. Ces récits se limitent le plus souvent à expliquer que le repas était royal, composé de nombreux plats fort beaux à voir.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.