Cailler fête ses 200 ans tout en douceurs

Histoire d'iciLa plus ancienne marque de chocolat de Suisse encore en activité peut remercier les femmes, ses fondateurs visionnaires et la force hydraulique de la Veveyse qui ont tous contribué à son succès.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quand on déchire le mythique emballage mauve de la plaque de chocolat au lait Cailler et qu’on porte un carré à sa bouche, c’est le goût des souvenirs qui surgit. Cette saveur onctueuse aux notes légèrement caramélisées – que l’on doit à une double condensation du lait utilisé pour sa fabrication – renvoie à l’enfance, mais aussi aux images bucoliques de vaches broutant dans les verts pâturages gruériens. Mais si la marque est toujours aussi populaire au moment de fêter son bicentenaire, ce n’est pas seulement grâce à la qualité de ses produits et de son marketing tout au long de ces deux cents ans.

Sur ce poster datant d’environ 1925, on voit encore le «’s» à la fin du nom de la marque désireuse de séduire les touristes anglophones.

Derrière la gourmandise, il y a des hommes et des femmes brillants, qui, grâce à une vision moderne et une confiance absolue dans leurs capacités, ont écrit l’histoire de Cailler. Riche du savoir et des anecdotes savoureuses de l’archiviste et historienne chez Nestlé, Lisane Lavanchy, on se plonge avec délectation dans les anciennes publicités, mais aussi dans les classeurs impeccablement tenus par des familles d’artisans devenus industriels.

Les visionnaires

D’abord le patriarche, François-Louis Cailler, qui a su surfer sur le succès grandissant du chocolat au début du XVIIIe siècle. «Très tôt – vers 1852 au moment du décès de F.-L. Cailler – la famille a eu conscience de l’importance de la marque qu’elle avait créée et du besoin de la protéger», explique Lisane Lavanchy. Second visionnaire, Daniel Peter, époux d’une des filles de François-Louis à qui on attribue l’invention du chocolat au lait. «Il a fallu l’intervention de Kohler (ndlr: autre industriel du chocolat) pour que Daniel Peter accepte d’unir son destin à celui de la famille Cailler en 1911. Il était fâché parce que son contremaître est parti travailler pour la concurrence emmenant la recette du chocolat au lait!» souffle Lisane Lavanchy. Et enfin Alexandre-Louis Cailler, petit-fils de François-Louis et as du marketing avant l’heure, qui a eu l’idée d’ouvrir une chocolaterie à Broc et de se rapprocher ainsi du riche lait de la Gruyère. «Investir dans le chocolat, c’était comme miser sur Google de nos jours: on était certain de multiplier son investissement!» précise l’historienne.

Les femmes

«Le flambeau sera tenu par des femmes à plusieurs époques, assure Lisane Lavanchy. Les épouses des artisans mettaient la main à la pâte, comme l’a fait Louise-Albertine Cailler. Et pour assurer la croissance exponentielle de sa chocolaterie de Broc (qui passe de 50 employés en 1898 à 1400 employés huit ans plus tard), Cailler compte notamment sur le clergé pour l’aider à recruter de futures collaboratrices en Italie, puisque la main-d’œuvre régionale vient à manquer.»

La géographie

Au début du XXe siècle, on ne recense pas moins de sept fabriques de chocolat à Vevey. «En plus de partager un certain savoir-faire dans la même branche, Cailler, Nestlé et plus tard Peter étaient voisins (voir photo ci-dessous) et profitaient aussi bien de la force hydraulique de la Veveyse que de la proximité de la gare sur le site des Bosquets, souligne Lisane Lavanchy, qui a collaboré au chantier de l’actuel Nest au même endroit. Mieux encore, Peter Cailler Kohler Chocolats Suisses SA a construit ses premiers vrais bureaux en 1917 sur le site d’Entre-deux-Villes, toujours à Vevey. Donc mis à part Broc, l’histoire de Cailler s’est vraiment écrite en terre vaudoise.»

Le site des Bosquets situé derrière la gare de Vevey dans les années 1930

L’avenir

S’ils restent friands de chocolat, les consommateurs se tournent de plus en plus vers des spécialités à haut pourcentage de cacao, sans toutefois totalement délaisser le chocolat au lait. Ils font aussi de plus en plus attention à la traçabilité des produits qu’ils consomment. Aujourd’hui, la transparence est de mise.

Cailler peut se vanter d’avoir renoncé à l’huile de palme depuis 2013, de n’utiliser que du lait provenant d’un rayon de 30 km autour de Broc. Mais, le 20 janvier dernier, l’émission «À bon entendeur» diffusée sur la RTS sous-entendait que Nestlé utiliserait dans ses recettes du cacao illégal en provenance de Côte d’Ivoire. Voici la réponse la plus récente de Nestlé quant à ces accusations: «Suite à l’émission, nous avons immédiatement mené nos propres investigations sur le terrain. Il s’avère que ni les planteurs, ni la coopérative dont il est fait référence dans le documentaire ne font partie de notre chaîne d’approvisionnement. Nos systèmes de traçabilité nous permettent de savoir précisément d’où viennent les fèves de cacao que nous utilisons dans le cadre du Plan Cacao. Quant à Broc, aucune fève n’est achetée à la coopérative citée dans le reportage de la RTS.»


Comme dans «Charlie et la chocolaterie»

Vendredi soir, deux acteurs du premier film «Charlie et la chocolaterie» sorti en 1971, Julie Dawn Cole, qui jouait la petite peste Veruca Salt, et Rusty Goffe, qui campait un des mythiques Oompa Loompas, participaient à un atelier de fabrication du chocolat à Broc. Aussi étonnant que ça puisse paraître, et même s’ils se rendent chaque année à des conventions cinématographiques, c’était leur première visite dans une vraie chocolaterie. «Je suis déçue, je pensais qu’il y aurait une cascade, une rivière et de l’herbe, comme dans le film», plaisantait l’actrice anglaise en se léchant les doigts. Ils passent le week-end à Broc dans le cadre de festivités ouvertes au public autour du chocolat et du cinéma.

Broc, maison Cailler
La magie du chocolat au cinéma
Di 10 fév. de 11h30 à 16h30, entrée libre.
www.cailler.ch (24 Heures)

Créé: 09.02.2019, 14h51

La plaque de l’histoire découpée en petits carrés

1796 François-Louis Cailler voit le jour à Vevey.



1819 François-Louis Cailler ouvre une épicerie à Vevey avec Abram L. C. Cusin d’Aubonne, où ils vendent entre autres du chocolat. Le premier prix-courants retrouvé date de cette année-là, même si la liste de prix semble avoir été collée sur le document daté.

L’année suivante, Cailler loue des fabriques pour y produire du chocolat à grande échelle.


1866 Naissance d’Alexandre-Louis Cailler, petit-fils de François-Louis.

1826 L’année de la faillite. Johannot Chappuis avait pris la place de Cusin aux côtés de Cailler en 1821, mais il s’en est allé quatre ans plus tard. C’est l’épouse de François-Louis, Louise-Albertine Cailler qui gère l’entreprise jusqu’à ce que son époux soit à nouveau autorisé à le faire.



1867 Daniel Peter, mari d’une fille de François-Louis Cailler (décédé en 1852) se lance dans la fabrication de chocolat sous le nom Peter-Cailler.

1875 Daniel Peter invente le chocolat au lait.



1898 Alexandre-Louis Cailler ouvre une usine à Broc et se lance dans la production de chocolat au lait à grande échelle.



1904 Premières traces de la fabrication des «branches» Cailler, mentionnées la première fois dans un livre de recettes de Charles-Amédée Kohler en 1896. Peter et Kohler s’associent sous le nom «Société générale de Chocolats. Peter Kohler réunis».



1907 Naissance de la marque Fémina, des bonbons extra-fins reconnaissables à la couleur turquoise des boîtes.



1911 Les sociétés Peter, Kohler et Cailler s’unissent sous le nom de Peter Cailler Kohler Chocolats Suisses SA, dans le but de faire connaître la qualité du chocolat suisse au niveau global.



1923 Lancement de Frigor, développé par un confiseur Cailler.



1929 Fusion de Peter Cailler Kohler Chocolats Suisses SA avec le groupe Nestlé.

1937 Invention de la technologie des billes d’air pour le chocolat en tablettes, spécialité qui s’appellera Rayon.

1979 Lancement des pralinés Ambassador.

2010 Ouverture de la Maison Cailler à Broc. Bien plus qu’une chocolaterie, c’est une attraction touristique à succès.



2017 La recette du Cailler au lait est modernisée. Il contient plus de lait (16%), plus de cacao (6%) et moins de sucre.

2018 Lancement de la gamme de plaques Cailler Plaisirs Gourmands.

Articles en relation

«On n'était jamais venus dans une vraie chocolaterie!»

Broc (FR) Julie Dawn Cole et Rusty Goffe, deux acteurs du premier film «Charlie et la chocolaterie», sorti en 1971, ont fabriqué leurs premières plaques de chocolat. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.