Guillaume le Conquérant règne sur la Normandie

PatrimoineDu Mont-Saint-Michel à Rouen, la région livre un paysage médiéval monumental et fantastique.

La tapisserie de Bayeux,classée Mémoire du monde par l’Unesco et visible dans la ville normande, retrace l’épopée
de Guillaume le Conquérant.

La tapisserie de Bayeux,classée Mémoire du monde par l’Unesco et visible dans la ville normande, retrace l’épopée de Guillaume le Conquérant. Image: BAYEUX MUSEUM/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est l’histoire d’une chevauchée qui traverse la Normandie, une région à l’allure d’un royaume à reconquérir. L’épopée de Guillaume le Conquérant (1027-1087) est un éclair qui strie l’ouest de la France, du Mont-Saint-Michel jusqu’à Eu, en Seine-Maritime. Vu sous cet angle, le territoire normand apparaît comme un livre d’histoire à ciel ouvert qui plonge d’emblée le visiteur dans un imaginaire médiéval. Pour le découvrir, il suffit de laisser vibrer la terre et parler la pierre pour que la magie opère. En tendant l’oreille, on entend le pas déterminé de Rollon et des Vikings, le galop victorieux du cheval de Guillaume le Conquérant à son retour de Hastings, en Angleterre, en 1066, le fracas des armes s’entrechoquant sur les champs de bataille, le grincement des trébuchets visant le Château-Gaillard. Et les prières des moines résonnant sur les croisées d’ogives. On perçoit aussi les voix du peuple au passage de Jeanne d’Arc, traînée au bûcher à Rouen, le martèlement des outils des hommes érigeant les châteaux et les cathédrales.

Un décor intact

Dans ce pays, le décor de l’épopée de Guillaume le Conquérant faite de coups d’épée, d’amour et de trahisons, reste intact. Né à Falaise, en 1027, et mort à Rouen, en 1087, le duc de Normandie et roi d’Angleterre a marqué le territoire de son empreinte. La région semble vaste comme un empire et un voyage dans le temps. Avec ses paysages oscillant entre mer grise et collines verdoyantes, elle est à cheval sur cinq départements – Manche, Calvados, Orne, Seine-Maritime et Eure –, ayant tous vécu des grands moments de l’histoire française et européenne.

C’est pourquoi il peut valoir la peine de se détourner du célèbre Mont-Saint-Michel, de la capitale, Rouen, ou de Bayeux. Hors des sentiers battus, dans l’Orne, la cité médiévale de Domfront a vu séjourner Aliénor d’Aquitaine, Henri II Plantagenêt, Richard Cœur de Lion dans son château. C’est d’ailleurs Henri Ier Beauclerc, fils de Guillaume le Conquérant, qui fit élever le puissant donjon dont les ruines sont visibles. Tout près, le château de Carrouges résume sept siècles d’histoire. À Mortagne-au-Perche, les intéressés peuvent découvrir les origines du boudin noir dans la crypte Saint-André.

Dans l’Eure, l’abbaye vivante du Bec-Hellouin, fondée en 1034, a constitué un important centre de la chrétienté. La cité médiévale de Verneuil-sur-Avre, ainsi que le château d’Harcourt, doté d’un nouvel arboretum, méritent tout autant la visite.

La Normandie médiévale, terre aux savoir-faire millénaires et aux artisans passionnés, reste néanmoins une aventure humaine. Pâtissiers-historiens, forgerons-archéologues, aubergistes médiévaux y ouvrent leurs portes. Ce territoire se révèle être un terreau fertile pour toutes les créations. Du point de Bayeux devenu célèbre grâce à l’illustre tapisserie éponyme, aux fibules nordiques en passant par les girouettes ou l’enluminure, c’est une myriade de talents et de techniques qui surgissent à chaque coin de rue.

En Normandie, l’époque médiévale se pare en outre d’un imaginaire qui s’accorde au goût d’aujourd’hui pour les univers fantastiques, nourri par la saga du roi Arthur ou revisitée avec l’humour de Kaamelott. Les lieux d’anciennes légendes y abondent, la chanson de Roland, les chevaliers de la Table ronde, les mille tours joués au Malin au Mont-Saint-Michel, le trésor des templiers à Gisors ou les anneaux d’or cachés par Rollon à Roumare. Des récits fabuleux qui se mêlent au patrimoine conservé et à découvrir.


La Normandie médiévale

De Genève, 16 trains partent chaque jour pour Caen et Rouen, via Paris. Durée du trajet: 5 h 30’. Prix: 250 francs aller-retour.

www.normandie-tourisme.fr (24 heures)

Créé: 29.09.2018, 16h57

Domfront, Orne



La cité médiévale de Domfront-en-Poiraie était la propriété et le lieu de séjour des rois anglo-normands. Dressée sur son promontoire, elle fait partie des «Plus Beaux Détours de France» et des «Petites Cité de Caractère». Avec ses remparts, ses ruelles, ses cours intérieures et ses maisons à pan de bois, elle constitue un exemple unique d’architecture urbaine du Moyen Âge. Le Bocage Domfrontais est, de plus, labellisé «Site remarquable du goût» pour le Poiré AOP et le Calvados AOC, produits uniques en France.

Harcourt, Eure



Les importants vestiges de la forteresse médiévale de la famille d’Harcourt sont visibles sur la partie est, alors que la façade orientale a été restaurée au XVIIe siècle. À l’intérieur, une exposition retrace l’histoire du domaine de cette famille française aux origines vikings. Le site comprend encore un arboretum, une collection botanique de plus de 200 espèces créée en 1833, avec des sujets de plus de 200 ans. Il est classé «jardin remarquable».

Crèvecœur, Calvados



Le château de Crèvecœur-en-Auge est un exemple unique de seigneurie préservée quasi intacte jusqu’ici. Et cela des douves au colombier. Les passionnés du Moyen Âge peuvent y vivre une expérience authentique en se livrant à des jeux médiévaux, en y découvrant la vie rurale ou en s’adonnant à des reconstitutions historiques. Une fois par an, une soixantaine de passionnés font revivre l’ancienne seigneurie, pendant huit jours d’affilée. Informations: www.chateaudecrevecoeur.com

Hambye, Manche



Fondée au XIIe siècle, l’abbaye d’Hambye est l’un des ensembles monastiques les plus complets de Normandie. Elle est restée prospère jusqu’XVIIIe siècle. Sauvegardée par une famille et le Département, elle a été ouverte au public. Les passionnés peuvent y découvrir la cuisine et les breuvages médiévaux, tel l’hypocras. Et y déguster le menu qu’ils ont concocté eux-mêmes, après une cueillette des plantes alentour.
Infos: www.epicetsimple.fr

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 18 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...