Passer au contenu principal

Jim Jones et 400 de ses disciples se sont suicidés

Le 21 novembre… 1978: les membres du Temple du Peuple ont suivi les consignes de leur gourou.

Vision d’horreur à Jonestown le 20 novembre 1978, avec ces centaines de corps étendus partout dans le village du Guyana.
Vision d’horreur à Jonestown le 20 novembre 1978, avec ces centaines de corps étendus partout dans le village du Guyana.
KEYSTONE/AP

«C’est un spectacle atroce qu’ont découvert les forces de sécurité guyanaises quand elles sont arrivées à Jonestown, la commune agricole du Temple du Peuple: près de quatre cents membres de la secte s’étaient donné la mort, sans doute en s’empoisonnant», révèle 24 heures ce mardi 21 novembre 1978.

Le drame fou est survenu trois jours plus tôt dans l’ancienne colonie britannique de la côte nord de l’Amérique du Sud. Il fut déclenché par la visite d’un député américain, Leo Ryan, venant mener une enquête à la suite de plaintes faisant état de mauvais traitements au sein de la secte dirigée par le «pasteur» américain Jim Jones. Celui-ci avait créé le Temple du Peuple dans les années 60 aux Etats-Unis, avant de déménager ses troupes au Guyana en 1977, dans le village baptisé à son nom en pleine jungle.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.