Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

La Mata Hari suisse, fusillée pour deux cartes en 1918

De son vrai nom Marie Antoinette Avvico, cette Genevoise a longtemps désemparé la Sûreté française durant la Grande guerre. Ses nombreux pseudonymes la feront suspecter plusieurs personnes, dont une habituée du buffet de la gare de Lausanne. (Ministère de la Défense)
Envoyée à Marseille, elle parvient à se renseigner de manière assez habile sur les départs de troupes pour le front. Heureusement pour les armées de l'Entente, ses cartes rédigées à l'encre invisible ne sont jamais arrivées. (Ministère de la Défense)
Le recours de cette espionne improvisée est refusé par le président français, alors qu'une autre espionne suisse sera graciée durant la guerre. «Regina Diana» aura séduit plusieurs soldats et officiers, réussi à dérober des noms d'officiers anglais et aurait pu trahir le départ de troupes pour la Somme et Salonique. Son dossier restera classé secret pendant un siècle, avec celui des autres fusillés de la Grande guerre.
1 / 5