Passer au contenu principal

La mob familiarise les Vaudois avec l’argot

Dans leurs cantonnements, les pioupious cultivent l’humour à travers la «langue verte».

Les dessins originaux de Géa Augsbourg sont parus dans la «Feuille d’Avis de Lausanne» entre novembre 1939 et mai 1940. Cliquer dans l'image pour agrandir.
Les dessins originaux de Géa Augsbourg sont parus dans la «Feuille d’Avis de Lausanne» entre novembre 1939 et mai 1940. Cliquer dans l'image pour agrandir.
GÉA AUGSBOURG/© 2019 PRO LITTERIS/ZURICH

Le parler vaudois comprend son lot de régionalismes et ce ne sont pas les termes savoureux qui manquent. Mais les mobilisations de soldats au XXe siècle ont eu un effet inattendu sur la langue parlée ici, avec l’apport de termes d’argot.

«Chaque fois qu’un groupe humain s’est trouvé plus ou moins isolé du reste de l’humanité, écrit la «Feuille d’Avis de Lausanne» en septembre 1939, il s’est développé en son sein des habitudes, des coutumes, des usages qui lui étaient propres, en un mot un folklore particulier. Et dans tous les cas où cet isolement a duré assez longtemps, le particularisme s’est étendu au langage de ce groupement, qui a pris des traits distinctifs l’éloignant de la langue des régions avoisinantes.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.