Passer au contenu principal

Le «monstre de Ballaigues» sème la panique

Un fauve inconnu hante les pentes du Suchet.

Lionel Portier

A Ballaigues et dans les environs, ils furent nombreux à l’apercevoir. Et à décrire ses «deux yeux phosphorescents», qui «trouaient l’obscurité», «brillaient au bord de la route», «luisaient comme des braises» et les fixaient. Non, pas ceux du lion «d’azur couronné de gueules» figurant sur les armoiries du village. Ces yeux étaient ceux de «la bête», bientôt surnommée «le monstre». Un monstre, sur les pentes au sud du Suchet, en ce bel automne 1951? En tout cas, un animal sauvage de belle taille, inconnu au bataillon des villageois.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.