Passer au contenu principal

Un pénitencier ultramoderne pour les Vaudois

À Lausanne, Adrien Pichard élève une «maison d’expiation» d’avant-garde, réalisation majeure du jeune canton.

Le pénitencier de Béthusy sur une gravure des années 1830, avec son mur d’enceinte et les deux maisons de garde protégeant l’entrée. À l’arrière-plan la cathédrale de Lausanne.
Le pénitencier de Béthusy sur une gravure des années 1830, avec son mur d’enceinte et les deux maisons de garde protégeant l’entrée. À l’arrière-plan la cathédrale de Lausanne.
MUSÉE HISTORIQUE DE LAUSANNE

Dès sa souveraineté acquise, en 1803, le canton de Vaud doit affronter de nombreux défis et bâtir les instruments de son indépendance. Afin de donner un cadre digne à son jeune Grand Conseil, ses autorités commencent par le bâtiment du parlement, édifié entre 1805 et 1808. Mais d’autres problèmes concrets se posent. Ainsi, que faire des condamnés dangereux? On ne peut plus les envoyer au Schallenwerk de Berne comme autrefois. Le gouvernement vaudois a besoin d’un pénitencier.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.