Non, Instagram n'utilisera pas vos photos devant un tribunal

Réseaux sociauxDepuis mardi, un canular datant de 2012 a refait surface sur les réseaux sociaux, grâce notamment à la crédulité de certaines stars américaines.

Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Julia Roberts, Usher, Pink, Adriana Lima, Josh Brolin ou encore le secrétaire d'état américain à l'énergie, tous sont tombés dans le panneau, entraînant avec eux des dizaines, voire des centaines de milliers d'internautes. Depuis ce mardi, on ne compte plus les messages d'alerte postés sur les réseaux sociaux et affirmant que, «demain», Instagram allaient rendre les photos de ses utilisateurs «publiques» et que celles-ci pourraient «être utilisées comme preuve devant la justice» (voir image ci-dessous). Ne paniquez pas! Il s'agit en réalité d'un «hoax», d'un canular, comme le rapporte Mashable.com.

Capture d'écran du faux message partagé sur les réseaux sociaux.

Ce faux message date de 2012. Il a refait surface en 2016, 2017 et plus tôt cette année, détaille le site d'information américain. Les stars grugées ont beau avoir rapidement réagi et supprimé ladite publication, le mal était fait. Le «hoax» s'est propagé sur la toile à la vitesse de la lumière.

Sur Twitter et Instagram, ils sont nombreux à se moquer de la crédulité de ces «people», pointant du doigt la qualité plus que douteuse, notamment les différentes polices utilisées, du texte partagé à la hâte.

Voir cette publication sur Instagram

Be safe my friends. The new Instagram law is coming now!

Une publication partagée par Trevor Noah (@trevornoah) le

Créé: 21.08.2019, 12h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.