Le juteux marché des masques de la révolte

Les mouvements contestataires « antisystème » se sont appropriés depuis une dizaine d’années plusieurs symboles fournis par l’industrie hollywoodienne. A la plus grande satisfaction de celle-ci…

Manifestation à Hong Kong : le masque a le mérite de protéger les manifestants de toute reconnaissance par les autorités. - (Photo: Reuters)

Manifestation à Hong Kong : le masque a le mérite de protéger les manifestants de toute reconnaissance par les autorités. - (Photo: Reuters) Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De Santiago du Chili à Hong Kong en passant par New York ou Paris, il est de toutes les manifestations contre les élites ou le « système ». Mais qui sait encore que le fameux masque blanc au sourire sarcastique est une référence à Guy Fawkes, membre de la « conspiration des poudres » qui a tenté de détruire la Chambre des lords à Londres le 5 novembre 1605 ?

Cet attirail de carnaval est devenu mondialement connu grâce au long-métrage V pour Vendetta (2006) de James McTeigue, mettant en scène un justicier anarchiste implacable dans une Angleterre fasciste post-guerre nucléaire. Il n’en fallait pas davantage pour qu’il soit érigé en symbole moderne de la lutte contre les élites au pouvoir.

En 2008, le mouvement Anonymous – dont les membres réalisent diverses actions tous les 5 novembre en souvenir de la tentative de Guy Fawkes – s’empare du masque blanc pour symboliser sa lutte pour la liberté d’expression sur internet. Il apparaît ensuite en 2011 dans les rues de Manhattan lors du mouvement Occupy Wall Street, pour finalement devenir durablement le visage de la contestation sociale.

Subversif, incontournable ces derniers mois, notamment dans les manifestations hongkongaises – où il a le mérite de protéger les manifestants de toute reconnaissance par les autorités –, et souvent associé à la critique du capitalisme et du libéralisme, il devient paradoxalement un best-seller . Pour la plus grande satisfaction de l’industrie hollywoodienne. La compagnie Rubie’s pouvait ainsi se vanter en 2011 d’écouler 100.000 exemplaires du masque « Anonymous » par an dans le monde (pour un prix allant de 3 à 4 euros sur internet), là où ces modèles se vendaient auparavant à environ 5.000 unités. Les ventes en France cette année (5.000) donnent une idée du succès durable du produit.

Mais un carton au box-office en chassant un autre, un clown vient désormais concurrencer le justicier londonien. « Il me semble que maintenant, le masque du Joker supplante celui de Guy Fawkes en tant que symbole contestataire », observe Matthieu Chaleyssin, représentant de la filiale française de Rubie’s. Ces derniers ont en effet envahi les manifestations populaires au Chili, au Liban et Hong Kong ces dernières semaines.

Rubie’s, une mainmise sur le marché mondial du déguisement

Fondée en 1951, la société américaine Rubie’s domine le marché des déguisements. Elle rafle les licences de la majorité des grandes compagnies de production, ce qui lui permet de garder jalousement la main sur le secteur. Elle a ainsi les droits exclusifs pour produire les masques V pour Vendetta™ (Warner Bros), mais aussi ceux du Joker™, dont les droits appartiennent à DC Productions.

Dès 2011, certains n’ont pas manqué de souligner l’ironie d’ériger le masque de V pour Vendetta en symbole de la contestation du système. Ce produit doit en effet toute sa popularité à une production hollywoodienne (qui touche des droits à chaque vente) et dont les exemplaires sont pour partie made in China . Rubie’s, qui n’ignore pas que ses masques sont portés à d’autres fins que pour de simples soirées déguisées, n’y voit rien à redire, pas plus que les studios de cinéma. DC entertainment, la société de production américaine à l’origine du film Joker , a seulement tenté de contrôler la diffusion des masques lors du Comic Con, festival de la pop culture organisé fin octobre à Paris, « car il y avait beaucoup d’enfants, et que le film est soumis à une limite d’âge », explique Matthieu Chaleyssin.

Créé: 28.12.2019, 18h59

En partenariat avec

L'autre phénomène

Les masques de personnalités politiques, l’autre phénomène

Parallèlement aux masques hollywoodiens détournés, ceux figurant le visage de personnalités politiques se sont également popularisés. Selon Bloomberg, ils sont apparus pour la première fois en 2014 dans le top 10 des costumes les plus vendus pour Halloween. Une position qui s’est ensuite renforcée pour atteindre la huitième position en 2016, derrière, entre autres, les costumes de sorciers (numéro 1 de manière constante), de Batman, de vampire et de deux héros Marvel. Matthieu Chaleyssin confirme le succès des masques représentant des personnalités politiques à l’occasion du Comic Con de Paris : ceux en carton d’Emmanuel Macron, Angela Merkel, Vladimir Poutine ou encore Donald Trump.

Ces produits sont en réalité devenus des moteurs de ventes : « Ils sont toujours parmi nos best-sellers », explique Ray Duffy, directeur commercial de Mask-arade, autre filiale de Rubie’s, qui fournit notamment les marchés britanniques et français. « Au Royaume-Uni, c’est le masque de Boris Johnson qui s’impose, au regard des événements politiques autour du Brexit », poursuit-il. La compagnie produit également des masques à l’effigie d’Emmanuel Macron. Si elle souhaite garder ses chiffres de ventes confidentiels, elle reconnaît des pics « au plus fort du mouvement des gilets jaunes ».

Face à la demande de masques à l’effigie d’Alexandre Benalla, que de nombreux « gilets jaunes » ont arborés le 1er mai 2019 à l’occasion de l’« anniversaire » de l’affaire, Rubies’ a préféré passer son tour. « On ne veut pas rentrer dans les polémiques », balaie Mathieu Chaleyssin. Les manifestants se sont donc rabattus sur la méthode artisanale en imprimant des masques en papier.

Indicateur infaillible du résultat des élections américaines ?

Le visage cartonné derrière lequel les gens choisissent de se cacher est un indicateur politique et social puissant, à en croire le patron américain de Rubie’s, Howard Beige. C’est aussi un pouls vital pour l’entreprise, qui a maintenu des usines de fabrication aux Etats-Unis pour s’assurer de pouvoir produire, sans jamais rencontrer de retards de livraison, des masques et costumes correspondant parfaitement aux attentes de son public.

Le doigt sur cette pulsation, Howard Beige se targue même de pouvoir prédire les gagnants des élections présidentielles en observant les courbes de ventes de ses costumes – et ce depuis le match George W. Bush/Al Gore en 2000. La prochaine élection américaine aura lieu le 3 novembre 2020. Trois jours à peine après Halloween. Howard Beige ne manquera certainement pas de faire ses pronostics.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.