Kale, chia, ...les super-aliments existent-ils vraiment?

NutritionLes Américains sont fous des produits naturels supposés booster l’immunité. Tour d’horizon.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Aux Etats-Unis, rien de plus chic que de se munir d’un jus frais «baies acaï-épinards» ou d’une barre de céréales «noix de coco-quinoa» pour se rendre au boulot. Le marché des super foods (des aliments naturels bourrés de nutriments) est en plein boom. Et il commence à se développer en Suisse aussi, dans les supermarchés haut de gamme, les magasins bio et certaines pharmacies. Il vise une petite frange de la population, celle qui se soucie de se nourrir sainement, et qui en a les moyens.

Créé par les adeptes du manger cru, le concept s’est développé très vite au royaume du hamburger et de l’obésité. Des personnalités s’en sont fait les promoteurs, de Madonna avec son eau de noix de coco à Obama avec le chou kale. Pourtant, du côté des spécialistes de la santé, on reste circonspect quant aux propriétés de ces produits. L’idée de recommander des aliments particuliers n’a vraiment pas la cote chez les docteurs et les nutritionnistes. «Derrière le concept de super food se cache l’idée qu’en mangeant du quinoa, par exemple, on peut se préserver de maladies comme le cancer, mais ce n’est pas si simple, précise Roger Darioli, spécialiste de la prévention des maladies cardio-vasculaires. Avoir une alimentation équilibrée consiste à apporter tous les nutriments dont notre corps a besoin et à éviter les excès, notamment de sucre.»

Varier les sources de glucides

Il faut donc varier les aliments pour faire le plein de nutriments. «Le chou kale est très riche en vitamine C, par exemple, mais il n’est pas le seul et cela n’en fait pas pour autant une solution miracle qui pourrait remplacer une alimentation équilibrée ou combler tous les déséquilibres alimentaires», estime Muriel Jaquet, de la Société suisse de nutrition. Cela dit, impossible de le nier, les super foods permettent aussi de multiplier les bocaux dans les placards. «Même si les superfood n’ont rien de miraculeux, pourquoi ne pas remplacer son riz par du quinoa, de l’amarante ou du sarrasin pour le simple plaisir de varier son alimentation?» suggère la diététicienne.

Au-delà de leur bilan énergétique forcément un peu honteux, les baies de goji (Chine) ou les graines de Chia (Amérique du Sud) sont-elles vraiment bonnes pour la santé? «Les baies de goji sont riches en antioxydants, même séchées. Mais tout dépend de leur mode de production, dont on n’est pas toujours sûr, explique un pharmacien lausannois. Et nos airelles et myrtilles sont tout aussi intéressantes!»

Du côté des producteurs bio, on croit dur comme fer aux super aliments produits localement. A Pompaples, Christian Bovigny cultive du chou kale, mais sous le nom de chou plume. A Montherod, Jean-Luc Tschabold cultive l’aronia, une baie bourrée d’antioxydants. A Juriens, Cédric Chezeaux s’est spécialisé dans les céréales anciennes, comme le petit épeautre, l’amidonnier noir ou le sarrasin. «Les agriculteurs bio sont les précurseurs des super foods, estime ce dernier. Respecter le processus vital de la terre, c’est augmenter la valeur nutritionnelle des aliments. C’est nous qui avons fait toutes ces recherches pour développer de nouvelles plantes!»

Le producteur a de la peine à répondre à toute la demande que lui procure le bouche-à-oreille. «C’est un nouveau marché plein de risques, auquel il est difficile de s’adapter. Il faut être passionné, explique ce père de six enfants. Il faut des connaissances, de l’organisation et de la passion. Mais c’est aussi aux consommateurs de nous aiguiller!»

(24 heures)

Créé: 20.09.2014, 08h47

#superfoods sur Twitter



Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dimanche, la population nyonnaise a refusé pour la troisième fois un projet des autorités visant à créer un foyer pour l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM). Paru le 25 septembre.
(Image: Bénédicte) Plus...