Manque de sommeil: un psy du travail met en garde

SuisseUn psychologue dénonce la culture du manque de sommeil qui règne en entreprise en Suisse. Il prône la création de salles de repos.

Un spécialiste prône la création d'endroits pour permettre aux employés de faire de courtes siestes.

Un spécialiste prône la création d'endroits pour permettre aux employés de faire de courtes siestes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On le sait: le manque de sommeil peut avoir des conséquences fâcheuses sur l'attention. Une personne n'ayant pas dormi depuis 24 heures est dans le même état que quelqu'un qui aurait 1 pour mille d'alcool dans le sang. Pourtant, de nombreux managers se vantent de ne dormir que 4 heures par nuit.

De quoi fâcher le psychologue du travail Theo Wehner dans le «Bund» et le «Tages-Anzeiger» lundi: «C'est souvent perçu comme un signe de force, d'engagement et de performance, bref, d'héroïsme. Or c'est une erreur fatale», critique-t-il.

Il rappelle que la concentration diminue, le taux d'erreur augmente et la volonté de prendre des risques est plus grande. Les comportements contraires à l'éthique augmenteraient également chez les insomniaques. Le manque de sommeil coûterait en outre cher à l'économie suisse, avec un montant estimé à 5 à 8 millions de francs par an. En effet, les petits dormeurs sont plus souvent malades et sont moins efficaces au travail.

Le sommeil pas assez pris en compte

Theo Wehner estime que les entreprises ne tiennent pas assez compte de ce phénomène. Il rappelle que trois facteurs sont fondamentaux pour une vie saine, soit la nutrition, l'exercice et le sommeil. Les deux premiers sont souvent intégrés dans la gestion de la santé en entreprise, via des offres en matière de sport ou des repas équilibrés dans les restaurants. Mais à peine 10% des firmes se soucient du sommeil de leurs employés, regrette-t-il. Alors qu'il s'agit pourtant d'une condition importante à la performance d'un travailleur.

Du coup, le psychologue du travail prône la création d'espaces de repos dans les entreprises afin de permettre aux employés de faire de courtes siestes réparatrices. «C'est urgent et cela répond à un gros besoin», dit-il. «Nous savons, d'après des études médicales, que ces siestes réduisent le risque de maladies cardiaques de 37%.» Et dans certaines firmes, telle que la compagnie aérienne Lufthansa, elles sont même indispensables pour les pilotes.

Une vraie politique du sommeil

Mais attention: il ne suffit pas d'aménager une salle de repos; il faut aussi une vraie politique du sommeil dans l'entreprise. En effet, si c'est en permanence la course contre la montre au travail, les employés hésiteront à prendre le temps de s'allonger quelques instants. En outre, ces siestes ne doivent pas servir à compenser le manque de sommeil durant la nuit, rappelle le spécialiste.

Theo Wehner rappelle toutefois que les Suisses dorment aujourd'hui en moyenne 40 minutes de moins qu'il y a 30 ans. «Non seulement nous dormons moins, mais nous dormons aussi moins bien», souligne-t-il. En effet, un quart des Helvètes souffrent de troubles graves du sommeil et 60% ont des difficultés à s'endormir ou sont sujets à des réveils répétés. (nxp)

Créé: 11.02.2019, 12h28

Articles en relation

Faire du sport le soir ne nuit pas au sommeil

Etude Selon une analyse de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, une activité sportive modérée le soir a un effet positif sur la qualité du sommeil. Plus...

Voiture cabossée après un léger sommeil au volant

Fribourg Un automobiliste s'est retrouvé sur la voie opposée après s'être assoupi au volant de son véhicule, près de Fribourg vendredi. Plus...

Combien de cafés pour rester alerte?

Etats-Unis Video Des scientifiques américains ont mis au point un algorithme qui détermine la quantité de caféine à absorber lorsqu’on manque de sommeil. Plus...

Ne pas dormir la nuit n'est pas bon pour vous

Sommeil Une étude britannique démontre qu'une perturbation de l'horloge interne mène souvent à des troubles mentaux. Plus...

Les Suisses dépendent trop des somnifères

Santé Des milliers d'Helvètes sont accros aux benzodiazépines qui combattent les troubles du sommeil et l'anxiété. Le Tessin a pris des mesures. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.