Depuis l’au-delà, Giger donne l’heure

TendanceAvant son décès en 2014, le designer suisse et papa d’«Alien» avait collaboré à une montre haut de gamme. Elle honore désormais son souvenir hanté.

«In Memoriam HR Giger» est l’une des dernières créations de l’artiste. La boîte en argent s’inspire de ses créatures

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Orchestrer le décompte du temps, seconde après seconde, minute après minute: quel meilleur moyen d’occuper l’éternité? Hans Ruedi Giger y a peut-être pensé au moment de signer ce qui allait devenir l’une de ses dernières créations, avant sa mort en mai 2014 à l’âge de 74 ans. Une œuvre qui tient sur un poignet et condense une partie de son univers cauchemardesque, avant que l’artiste grison n’accède à une célébrité mondiale en dessinant la créature du film Alien. Un produit de taille, de poids et de prix (16 999 francs) confectionné à la main par la marque Strom, à Bienne. Une montre, donc, baptisée «In Memoriam HR Giger», dont l’une des 99 pièces a été présentée en Gruyère, dans le musée consacré au designer défunt.

A l’origine, la rencontre entre ce dernier et une entreprise horlogère au décorum rock’n’roll et à la philosophie marketing hédoniste, fondée en 2001 par Daniel Strom, descendant charismatique d’une lignée de professionnels de la fine mécanique. Le Biennois a assis le développement de ses montres sur quelques séries à succès — Cruizer, inspirée de la moto, et Agonium, sculptant anges et dragons dans l’or ou le platine. C’est en présentant à son poignet un exemplaire de ces pièces que Daniel Strom remporta l’adhésion de HR Giger, en 2011, dans sa maison musée des environs de Zurich. «Hans Ruedi disait souvent qu’il n’était pas un kiosquier, se souvient Carmen Giger, la veuve de l’artiste et légataire de son œuvre. Il voulait quelque chose de qualité et il était content que l’on choisisse le monde de ses créatures biomécanoïdes de jeunesse. Daniel Strom venait lui montrer des idées qu’Hans Ruedi corrigeait ou validait.»

«Sculpt-Uhr»

Durant plusieurs mois, le travail avance ainsi, entre artisanat manuel et technologie en 3D. Le cadran s’inspire du tableau ELP II (oeuvre No 217) qu’utilisa le groupe Emerson, Lake & Palmer pour son disque de 1973, Brain Salad Surgery. «Le label possède un copyright sur cette pochette, on n’a pas pu la reproduire telle quelle. Et l’œuvre originale a été volée en 2005», précise Daniel Strom. Sur le modèle de «Sculpt-Uhr» (jeu de mots entre sculpture et montre) marquant la gamme Agonium, la boîte repose sur quatre cornes composées de têtes de morts — ici, les fameux crânes allongés de la sculpture biomécanoïde trônant aux portes du musée Giger. Les éléments entre os et métal, signe si distinctif de cette rencontre entre organique et mécanique qui parcourt l’œuvre du Suisse, renforcent les parois de la carrure en argent.

Riches fans

Le 12 mai 2014, HR Giger décède des suites d’une mauvaise chute. Daniel Strom remise naturellement le projet dans ses tiroirs. «Un jour, alors que je prenais l’avion avec mon épouse pour rentrer de vacances, je reçois dans la file d’embarquement un téléphone de Carmen Giger. Elle m’informe qu’elle a reçu des propositions d’une marque de montres mais qu’elle veut mener à bien le projet avec Strom. Voici le résultat.» Les 99 pièces ont reçu des précommandes au travers du réseau de l’horloger, mais plusieurs seront écoulées via le musée gruérien, en tablant sur quelques riches fans. Sachant que certains n’hésitent pas à faire le voyage depuis les antipodes pour rendre hommage au créateur infernal, on peut parier qu’ils auront le porte-monnaie assez dodu pour repartir le poignet garni. www.stromwatch.ch

Créé: 04.11.2017, 17h05

«L’Alien n’est pas ce que je préfère chez Giger»


Daniel Strom
Fondateur de Strom Prestige Swiss Timepieces



Quel rapport personnel avez-vous entretenu avec HR Giger?
Adolescent dans les années 70, comme tous les gosses un peu rebelles j’avais des posters des créatures de Giger dans ma chambre. On portait les cheveux longs, on fumait des trucs bizarres, Giger était un personnage assez fascinant pour nous, à la fois proche et lointain. Les thèmes de mes montres (têtes de morts, anges, démons) ont sans doute reflété un souvenir de mon subconscient.

Il n’avait pas été approché avant vous pour collaborer à une montre?


Si, bien sûr. Une marque suisse assez connue voulait faire une série à partir de son univers. Mais il recherchait une vraie collaboration créative, pas seulement une utilisation de son œuvre à fin commerciale.

Justement, quel deal avez-vous eu avec Hans Ruedi?


Nous en avons discuté les deux, en direct. Il a demandé quelques pièces et un pourcentage sur le prix de vente.

Il n’a pas été question de reprendre l’univers d’«Alien»?


Non, ce domaine est lié à un gros copyright avec Hollywood. De toute façon, ce n’est pas ce que je préfère chez lui.

Articles en relation

Le «créateur» d'Alien aura sa rue à Zurich

Hommage La ville de Zurich rend hommage à Hans Ruedi Giger en baptisant une rue à son nom. Plus...

H. R. Giger et son œuvre décryptés à Yverdon

Hommage Une soirée consacrée à l’artiste suisse H.R. Giger aura lieu le 28 février à la Maison d’Ailleurs. Plus...

Dernier hommage rendu à Hans Ruedi Giger

Zurich Décédé il y a deux semaines, Hans Ruedi Giger a reçu un dernier hommage vendredi à l'église Fraumünster de Zurich. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.