Ikea, le kit devenu chic

TendancesOrphelin depuis une semaine, le géant suédois voit la cote de certaines de ses pièces grimper aux enchères.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ingvar Kamprad, le fondateur d’Ikea, ancien habitant d’Épalinges, décédé il y a une semaine à 91 ans, était connu pour sa fortune, sa discrétion mais aussi parce que c’était un sacré visionnaire. Avec ses meubles en kit, faciles à acquérir, à transporter et à monter (enfin, ça se discute!), Ikea a conquis la planète et l’étagère Billy est désormais aussi connue que les Rolling Stones!

Plus intéressant encore, l’entreprise née en 1973 ne s’est pas contentée de proposer des solutions pratiques et bon marché. Elle a très vite compris que s’entourer de – parfois futurs – grands noms du design était porteur. Aujourd’hui encore, des collections capsules attirent les regards les plus pointus. Ces collaborations, commencées tôt par Ingvar Kamprad, s’inscrivent dans sa volonté de se démarquer tout en proposant une approche démocratique de l’ameublement. Plusieurs articles issus de ces collaborations, devenus vintage, voient depuis quelques années leur cote grimper dans les maisons de ventes aux enchères, comme le confirme une étude réalisée par le moteur de recherche d’objets d’art et d’antiquités Barnebys.

De quelques dizaines à 1800 euros
Mais qu’est-ce qui fait qu’un set de tasses à thé en porcelaine au look discutable, vendu à l’origine quelques dizaines de francs, ait été adjugé à 1800 euros? «Ce sont des témoins de l’histoire d’une entreprise qui a évolué avec son temps, et également de l’histoire du design, analyse Alexis Georgacopoulos, directeur de l’École cantonale d’art de Lausanne (ECAL). Évidemment, leur rareté, comme c’est le cas avec cette collection 1700 stoppée assez rapidement, leur donne aussi de la valeur.»

«Dans cent ans, on trouvera encore des armoires massives du XIXe siècle, mais sans doute plus de meubles en kit, qui ne sont pas faits pour durer, renchérit Christophe Lombardo, architecte d’intérieur à Montreux et à Milan et professeur à la Haute École d’art et de design (HEAD) à Genève. Ces pièces survivantes, dont la plupart affichent un look très pop seventies, sont donc précieuses. Elles parlent aux gens, qui ont tous le souvenir d’un meuble ou d’un objet Ikea avec lequel ils ont vécu. J’ajouterais que n’importe quel designer a du respect pour Ikea. Leurs meubles sont accessibles, mais sont loin d’être conçus n’importe comment.»

Un excellent challenge pour les jeunes designers
«C’est vrai qu’ils sont plutôt bien construits, confirme Alexis Georgacopoulos. L’entreprise a beau proposer des articles accessibles, elle reste exigeante sur la qualité et la fonctionnalité. Cette rigueur, ainsi que la volonté de minimiser les coûts sont des exigences avec lesquelles les jeunes designers engagés par Ikea doivent composer. Cela leur donne d’excellentes bases pour la suite de leur carrière.» (24 heures)

Créé: 02.02.2018, 17h54

Information pratiques

Renens, ECAL
Open Days, samedi 3 février (9h-17h30).

Expositions «Half-Time» et «ECAL - Dix ans à Renens»,
du 5 au 16 février, lundi-vendredi (10h-17h).

www.ecal.ch

Articles en relation

Ingvar Kamprad s’en est allé abreuver le ciel de meubles en kit

Carnet noir Suite à une courte maladie, le créateur emblématique de la célèbre marque suédoise est décédé à l’âge de 91 ans. Plus...

Mort de Kamprad: cinq choses à savoir sur Ikea

Suède Voici cinq choses à savoir sur le fondateur du géant de l'ameublement décédé à l'âge de 91 ans. Plus...

Ikea va tester la reprise de meubles usagés

Suisse Selon la presse, le géant suédois va proposer à Spreitenbach (AG) le rachat des meubles Ikea que les gens ne veulent plus. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...