S’asseoir en altitude

Voulez-vous?Les repérages de Renata Libal, rédactrice en chef du magazine «encore!»

Ce tabouret de bar et de bois vient d’être présenté au salon international du meuble de Cologne.

Ce tabouret de bar et de bois vient d’être présenté au salon international du meuble de Cologne. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La tendance

L’arrivée de la chaise de bar dans l’univers de nos habitudes n’a rien d’anodin. Car elle ne sert nullement (ou du moins pas exclusivement) à soutenir les fesses des assoiffés nocturnes dans la lumière tamisée. Le bar de jour, le bar où l’on mange, parfois sur le pouce, se profile comme une tendance lourde de la gastronomie, au restaurant comme à la maison. La table s’élève en comptoir, on prend l’apéro, on y dîne en hauteur, pour un supplément de légèreté et d’esprit cosmopolite. Plutôt que de s’attabler, le nouvel hédoniste pressé s’accoude, se perche, prêt à repartir dans le flux du quotidien.

L’objet

Haut sur pattes et doté donc de l’élégance nonchalante d’un échassier, ce tabouret de bar et de bois vient d’être présenté au salon international du meuble de Cologne. Il est tout neuf, mais il semble avoir traversé les âges. Normal, l’entreprise suisse qui le réalise, Horgenglarus, s’est imposée dans une idée de durabilité – tant dans l’usinage local que dans le choix des matériaux et dans l’esthétique résolument sobre. Tabouret de bar classique 11-380 de son petit nom, ce modèle en hêtre affiche un prix de départ de 718 fr., une assise à 80 centimètres de hauteur, un dossier en bois massif incurvé à la vapeur, des pieds arrière arqués et un anneau en acier en guise de repose-pied.

L’ancêtre

Avant sa cousine haute, il y avait l’originale: la chaise classique 11-380. Ce monument de l’art de s’asseoir en Suisse a initialement été daté de… 1918, ce qui explique les deux ans de dessins et prototypes pour en créer la grande version centenaire. Or ce plongeon dans les archives a permis de corriger un brin l’histoire: le début de fabrication remonte plutôt aux années 20. Toujours est-il que la production de ce siège, en l’état, n’a jamais été interrompue. Tout au plus, en 1999, les proportions se sont vues ajustées – avec grande délicatesse – pour répondre à nos tailles toujours plus grandes. De création anonyme, ce modèle a inspiré des générations de chaises, que l’on retrouve dans les appartements, les restaurants, les écoles. C’est le design suisse dans sa plus pure expression: modeste, bien pensé, confortable, robuste. De l’avant-garde, en somme.

L’entreprise

La manufacture sise dans le pays de Glaris fabrique des tables et des chaises en bois depuis 1902. L’entreprise Horgenglarus, dont le siège, lui, est à Hornen, près de Zurich, a été fondée en 1880 et s’est tôt spécialisée dans le meuble extrêmement simple de qualité parfaite, avec une technique propre de cintrage du bois. Ce design classique avait séduit Le Corbusier, client de la première heure. Aujourd’hui encore, les modèles sont finis de manière artisanale et produits pour durer. Outre les créations anonymes qui appartiennent au patrimoine esthétique national, l’entreprise réalise des modèles dessinés par les grands noms du meuble suisse.

Créé: 19.01.2019, 17h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.