Comment organiser les journées à la maison avec les enfants

ConfinementTrois familles qui scolarisent leurs enfants à domicile toute l’année donnent leurs petits et grands secrets pour mieux gérer le quotidien entre bouts de chou, boulot et fourneaux.

Image: KEYSTONE/Mario Modena

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deborah Lutolf, Jeanne Rektorik et Muriel Favre-Perret sont des parents convaincus des bienfaits de l’éducation à domicile. Fortes de nombreuses années d’expérience en la matière, elles donnent leurs trucs pour vivre au mieux ce moment particulier.

Les associations dont elles font partie, Les Travailleurs de la pensée à Payerne, et l’association cantonale Instruire en liberté, se tiennent à disposition pour répondre aux questions des parents.

1. Souffler

Il faudrait commencer par laisser les enfants se reposer, car ils sont très sollicités. Certains ont peur. Ils voient les adultes qui paniquent, les masques de protection, etc. C'est bien qu’il puissent avoir une pause. Il faut se donner une semaine au minimum où on se réveille quand on veut. À trop organiser ou vouloir faire la continuité de l'école sans avoir pu souffler, c'est dangereux et pas très sain pour la cellule familiale. Pour le long terme, il faudra envisager de se réorganiser un peu.

Si on doit travailler, il faut prendre le temps de tâtonner pour trouver un rythme. Chaque famille doit trouver sa solution, il n'y a pas de recette miracle. Les enfants ne prendront pas du retard. Quelques semaines, ce n’est pas la fin du monde. Il n'y a pas de quoi paniquer, le système va se remettre en route. Les parents doivent se rassurer. Et c'est une occasion unique de profiter de la vie. Nos associations sont à disposition pour répondre aux questions des familles.

2. Organiser sa journée

Les enfants vont avoir du temps et c'est important qu'ils l'investissent pour des activités qui leur font plaisir. C’est mieux de ne pas se focaliser sur l'école comme unique objectif de la journée.

Par exemple, chaque jour, on peut demander à son enfant: «Qu'est-ce que tu aurais envie de faire aujourd'hui? Sur quoi aurais-tu envie de travailler? Est-ce qu’on fait une petite liste? Quelles autres activités peut-on y mettre (lire, dessiner, etc.)?» On peut aussi lui expliquer ce qu’on a besoin de faire en tant d’adulte dans la journée.

Il ne faut pas tenter de reproduire le rythme de la journée de l’école. Chaque jour est différent. Les enfants n'ont pas besoin de rythme. En vacances, ils ne sont pas déstabilisés par exemple. Mais on peut garder des règles de bases, comme par exemple manger ensemble aux repas, et coucher les enfants à des heures normales.

Pour les plus grands, on peut leur proposer de gérer leurs occupations seuls, par exemple en disant: «Je te laisse t'organiser, je veux juste que cela et cela soient faits dans la journée.» Les enfants ne sont pas habitués à ça. Ils ont l'habitude qu'on leur dise ce qu'il faut faire, donc cela prendra du temps.

3. Ne pas recréer l’école

N’oubliez pas que c’est un moment particulier pour les familles de se retrouver dans cette situation. Il n’y a pas besoin de s’inventer prof et de se mettre une pression de fou. Les plus grands auront des activités et des devoirs à rendre, reçus par courrier ou par internet. Pour les plus petits, il ne faut pas essayer de se substituer aux enseignants. Être à la maison, c'est un mode de fonctionnement très différent.

Par exemple, on sait que l'apprentissage individuel est beaucoup plus rapide qu’en groupe. Le temps qu'on passe dans une école sert à plein de choses, comme à sortir les cahiers, à se déplacer, à attendre le silence, etc. À la maison, ce n’est pas du tout le cas.

Recréer une journée de classe à la maison, avec les mêmes horaires, n’a pas de sens. Essayer de reproduire le programme d’une journée d’école, d'abord une heure de français, puis une heure de math, cela ne va pas du tout fonctionner parce que personne n'a envie de faire ça. Le plus important, c'est d'éviter de faire monter la pression à la maison et que cela devienne infernal.

4. Inventer des activités

Il faut profiter de lire, de faire des jeux de société, de classer des photos de famille, d’aborder des sujets au niveau émotionnel, relationnel, familial. Profiter de se retrouver, de discuter, de regarder un film historique et de découvrir une époque ou la passion de ses enfants.

Demander de l'aide pour la cuisine ou le ménage, cela prend plus de temps, mais les enfants apprennent plein de choses en coupant des carottes. Et pendant ce temps, ils ne font pas de bêtises. Et si on passe du temps avec eux, ils sont ensuite assez contents d'aller jouer dans leur coin un moment.

Cuisiner, prendre le temps de faire des lasagnes ou des plats qu'on n’a jamais le temps de faire. Pendant ce temps, on peut discuter, renouer des liens. Les ados sont assez contents de s'asseoir avec un thé et un gâteau au chocolat et de parler de manière plus philosophique.

On peut trouver des films qui correspondent à des périodes historiques qu'ils ont étudiées. Écrire à grand-maman ou à un correspondant, des choses que l’on n’a jamais le temps de faire quand on court partout. Trouver des audio-livres (par exemple sur Audible, il y a des livres pour enfant qu'on peut télécharger). Trouver un maximum de matériel pour qu'ils fassent du bricolage. Si vous avez des voisins avec des enfants, amusez-vous à vous envoyer des choses, faites un téléphone avec des gobelets entre les étages, inventez!

5. Préserver les liens

En famille, il faut être proactif pour éviter de se faire la gueule parce qu’on est stressé et pour ne pas se détester au bout de trois semaines. Vous pouvez mettre en place un réseau WhatsApp de parents ou un groupe mail, pour permettre aux parents de se joindre s'il y a des problématiques, des questions qui surviennent.

Pour les amis et les proches, c’est très important de s’écrire, de se demander des nouvelles, de skyper. Les familles qui font l'école à la maison le savent bien: il faut maintenir les contacts sociaux par tous les moyens.

Créé: 16.03.2020, 14h47

Articles en relation

«Nous recommandons aux parents de ne pas amener leurs enfants en garderie»

Enfants Certaines crèches commencent à fermer. Les autorités se veulent rassurantes, comme David Payot à Lausanne. Plus...

«C’est aux médecins traitants de juger si un enfant ne peut pas aller en garderie»

Covid-19 Parents et professionnels commencent à s’inquiéter. Les règles sont les mêmes qu’à l’école. Les autorités craignent de manquer de personnel si l’épidémie s’amplifie Plus...

Le Conseil d'Etat vaudois prononce l'état de nécessité sur tout le territoire

Coronavirus Tous les commerces non essentiels ferment. Tout rassemblement public est interdit Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.