«Sale chienne», «petite cochonne», «gros thon»!

BelgiqueUne campagne choc contre les insultes sexistes a été lancée mardi dans les transports publics.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Sale chienne», une campagne d'affichage contre les insultes sexistes dans les transports en commun, a été lancée ce mardi sur le réseau de la STIB, des TEC ainsi que dans 25 gares de la SNCB.

Celle-ci s'appuie sur un set de trois affiches présentant des portraits de femmes barrées du slogan accrocheur «sale chienne», «gros thon» et «petite cochonne». Appuyée financièrement par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la campagne vise à sensibiliser le grand public à ces pratiques, mais aussi à mieux faire connaître la loi de 2014 punissant le sexisme et d'encourager les victimes à s'en saisir. D'après une enquête, 95% de femmes déclarent avoir été la cible de sexisme dans l'espace public, mais seulement 3% d'entre elles portent plainte.

Une amende salée

Une femme sur deux ignore en effet que le code pénal prévoit une amende de 50 à 1000 euros (environ 60 à 1200 francs) et de un mois à un an de prison. «Cette action s'inscrit dans le cadre du Plan intra-francophone de lutte contre les violences sexistes et intrafamiliales et entend lutter contre la banalisation du harcèlement des femmes dans l'espace public tout en donnant une visibilité à la loi contre le sexisme. Elle répond également aux recommandations formulées par quelques 80 associations de femmes lors de l'assemblée participative pour les Droits des femmes, Alter Égales, en décembre dernier», commente la ministre de l'Egalité des chances en Fédération, Isabelle Simonis (PS).

(ats/nxp)

Créé: 20.03.2018, 16h16

Articles en relation

Sexisme: les Grammys font appel à Time's Up

Musique L'instance organisatrice des Grammy Awards a nommé une responsable de Time's Up pour lutter contre le sexisme dans la musique. Plus...

Sexisme à l'UniGE: l'uni aura sa propre enquête

Genève Confronté à des accusations récurrentes de sexisme ou de mobbing à l'égard de femmes cadres, le rectorat annonce l'ouverture d'une enquête indépendante. Plus...

Accusée de sexisme, l’UNIGE lance une enquête

Polémique Le rectorat réagit à des articles mettant en cause le comportement d’un vice-recteur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.