Sexualité: «J'ai mal et rien ne m'aide»

FEMINAMarie, 28 ans, souffre de douleurs pendant la pénétration. Notre spécialiste en sexologie lui répond.

Image: Levipo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur la feuille de route du sexe s'inscrivent parfois la gestion de la souffrance et la redécouverte de l'érotisme.

Question «Lors des rapports sexuels par pénétration, je ressens de fortes douleurs. J’ai entrepris de nombreuses démarches pour traiter ce problème. Aujourd’hui, le sexe est synonyme de déplaisir.» Marie, 28 ans

Réponse Il est fréquent et normal de se sentir impuissante et découragée lorsque les difficultés demeurent après de longs et multiples traitements. Dans votre cas, ou dans la prise en charge de la procréation médicalement assistée, par exemple, la sexualité est médicalisée. Parfois, la conséquence est une désérotisation. Perdant sa source de plaisir, la sexualité devient au mieux désaffectée et au pire un espace de malaise dans lequel les problématiques fleurissent facilement. Ce processus de médicalisation est souvent utile, voire nécessaire. Il est par exemple fondamental d’apprendre les techniques de gestion de la douleur, afin de détendre le corps, en particulier la musculature vaginale, pour que le coït soit possible.

A la recherche d’Eros
Cependant, en parallèle à ces démarches, il est important de prendre le temps de reconstruire une dimension érotique. Celle-ci est souvent l’ingrédient nécessaire pour que le sexe soit une expérience plaisante et épanouissante. Imaginez votre plaisir sexuel comme le variateur d’un radiateur. Votre travail est d’élever la température érotique. Prenez le temps de vous représenter visuellement et corporellement ce qui l’augmente, degré après degré. Imaginez une scène et les sensations associées. Lorsque vous avez construit ce fantasme, trouvez une façon simple de le réaliser. Parfois, il s’agit de choisir un objet qui le symbolisera. D’autres fois, il faudra en parler avec votre partenaire afin qu’il-elle puisse jouer un rôle. Si les douleurs demeurent, ce processus doit les inclure. Il est parfois très difficile de faire coexister douleur et plaisir et l’aide d’un spécialiste peut s’avérer nécessaire.

NOTRE EXPERT
Cette semaine envoyez vos questions à Nicolas Leuba, psychologue, psychothérapeute FSP, thérapeute de couple, spécialiste en sexologie SSS: nicolas.leuba@femina.ch

CE QUI SE PASSE SOUS LA COUETTE

PAR NICOLAS POINSOT

PROPHYLAXIE Cure de vitamines, luminothérapie… vous pensiez avoir fait le tour des méthodes permettant de s’armer contre les affections hivernales? Essayez aussi… la passion. Car selon des travaux américains publiés dans le Journal of Psychoneuroendocrinology, tomber amoureux boosterait le système immunitaire. Renforçant ainsi nos défenses contre le rhume ou la grippe. Pour les chercheurs qui signent l’étude, le phénomène viserait à préparer le corps à de futures relations sexuelles (et donc aux éventuels virus pouvant être transmis) ou encore, pour les femmes, à une potentielle grossesse.
L’ADN DU COUPLE Des chercheurs de l’Université de Yale révèlent le rôle de certains gènes dans la satisfaction au sein des mariages. Les amoureux porteurs d’une variation nommée GG, liée à l’ocytocine, l’hormone de l’attachement, sont en effet plus heureux dans leur couple.

Retrouvez d'autres articles sur la vie de couple et la sexualité sur www.femina.ch (Femina)

Créé: 15.03.2019, 16h08

Articles en relation

Sexualité: «Mes complexes gâchent mes envies»

FEMINA Etre fâchée contre une partie de son corps, cela peut entraver l'excitation. Et si on réapprenait à s'aimer? Plus...

Sexualité: «Et si je lui envoyais des sextos?»

FEMINA Malgré l'envie, dire crûment son désir à son partenaire peut être gênant. Et si on en parlait? Plus...

Sexualité «Est-il jaloux de mon natel?»

FEMINA Mon smartphone, c'est plus de liberté et d'ouverture sur le monde ou moins de communication avec l'autre? Une question au cœur de pratiques actuelles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.