La bouse fait des merveilles

BiodynamieLa bouse de corne est le fin du fin de l’agriculture biodynamique. Elle se prépare deux fois par an au Mont-Pèlerin. Reportage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une quinzaine de personnes entoure un tonneau qui trône dans la cour de La Solide, une ferme du versant nord du Mont-Pèlerin. Fixée à un trépied, une grande perche plonge dans le fût rempli d’un liquide à la couleur terre.

Delphine Girod Vallotton, la maîtresse des lieux, donne le coup d’envoi de la dynamisation et montre le geste. Avec la perche, elle brasse la préparation qui remplit le tonneau. Deux autres personnes la rejoignent. Le mouvement énergique de leurs six mains crée un vortex dans le liquide. En fermant les yeux, on pourrait se croire au bord d’un ruisseau. Sauf que, hormis l’eau, le tonneau contient aussi de la bouse de corne. Cette préparation est issue de bouse de vache introduite dans une corne, où elle mature pendant plusieurs mois. Delphine a versé 200 g. de cet ingrédient à l’odeur de tourbe dans 70 litres d’eau de pluie chauffée à 37 °C. «On sent la vie, l’odeur de la terre», s’enthousiasme Judith, venue de Bex, en humant les vapeurs qui montent du tonneau.

La bouse de corne, une recette alchimique

La préparation est l’ingrédient phare de l’agriculture biodynamique. Sa recette évoque l’alchimie: la corne ainsi que la bouse (fraîche) doivent provenir d’une vache qui a déjà vêlé («On peut le vérifier aux boursoufflures présentes sur les cornes», indique Delphine), ceci afin que le processus de lactation se soit déjà mis en route chez l’animal; l’eau doit être de pluie pour ne contenir ni chlore, ni résidus de pesticides; la corne doit être enterrée pendant les mois d’hiver «lorsque les forces se concentrent dans le sol, car en biodynamie on travaille avec les rythmes mais aussi les forces naturelles», explique l’agricultrice aux participants captivés.

Une fois déterrée, au printemps, la corne contient 60 à 80 g. d’une sorte de tourbe qui peut être conservée jusqu’à l’automne; lorsqu’elle est mélangée à l’eau de pluie, la préparation doit être «dynamisée» pendant exactement une heure, pour «amener tout le contenu de la corne de vache à se lier à fond avec l’eau» et obtenir ainsi «une profonde interpénétration» comme le précisait Rudolf Steiner, fondateur de la biodynamie (lire ci-contre).

Vortex et chaos dans le tonneau

Autour de la perche, les mains se relaient pendant une heure pour assurer un mouvement continu. «Certains préconisent qu’il n’y ait qu’un seul brasseur, moi je préfère la bouse de corne populaire, celle qu’on prépare tous ensemble. C’est aussi une rencontre festive», confie Delphine. A son signal et après avoir fait tourner le liquide dans le même sens pendant un moment, les mains cassent la belle spirale en stoppant brutalement le mouvement de la perche. Un «chaos» s’ensuit, la surface se couvre de remous agités. On croirait voir une mixture en train de bouillir dans un grand chaudron. Puis les mains reprennent leur mouvement, mais en sens inverse. Un nouveau vortex se forme.

Quand ils cèdent leur tour, les brasseurs vont se réchauffer au feu de bois que Yannik Vallotton, le compagnon de Delphine, a allumé dans un grand brasero. Des liens se tissent. Il y a là des voisins et des curieux, des néophytes et des habitués. «Chaque année depuis dix ans, je participe à la fabrication de la bouse de corne. Ce soir, je la répandrai sur mon petit terrain» témoigne Hélène Costantini, jardinière d’enfants à Corsier-sur-Vevey.

Du Jardin Botanique de Genève au Mont-Pèlerin

Delphine cultive 3000 m² de culture dont 320 m² de serres. «Quand on a acheté La Solide il y a dix ans avec Yannik, on visait l’autonomie énergétique et alimentaire» témoigne cette ancienne citadine, autrefois horticultrice au Jardin botanique de la Ville de Genève. «On n’achète plus de légumes, sauf des carottes et des oignons.» Outre la consommation familiale, la ferme produit aussi chaque semaine une dizaine de paniers de légumes, livrés de mai à novembre.

A la fin de la journée, les participants qui ont un jardin repartent avec un bocal de la préparation, qu’ils doivent répandre le soir même. Delphine explique: «Vous devez viser le sol et non les plantes. La bouse de corne structure le sol et lui donne de la vie. Vous pouvez utiliser vos mains», illustre-t-elle en plongeant ses doigts dans un seau d’eau pour projeter de grosses gouttes. «La préparation aide à l’enracinement des plantons. Vous pouvez l’utiliser sur vos potagers ou une prairie. Pour un hectare, 35 litres suffisent.» Puis elle donne rendez-vous au printemps prochain. La bouse qu’elle a enterrée cette semaine dans une dizaine de cornes sera transformée, prête à être dynamisée. (24 heures)

Créé: 04.11.2017, 14h28

La biodynamie: huit préparations et un label

Ancêtre de l’agriculture biologique, la biodynamie est issue des recherches de l’Autrichien Rudolf Steiner. Il les a présentées en 1924, lors de huit conférences nommées Cours aux agriculteurs. Outre le fait qu’ils n’utilisent ni engrais ni pesticides chimiques, les biodynamistes cultivent selon les calendriers lunaire et planétaire. Ils ajoutent aussi 8 préparations à leurs sols, cultures et composts: la bouse de corne sur le sol, la silice de corne sur les parties aériennes des plantes et 6 autres amendements pour le compost, élaborés avec des plantes médicinales transformées.

Un label international
Côté consommateurs, le label Demeter est le seul qui garantisse une production conforme aux principes de la biodynamie. «On compte à ce jour 281 exploitations suisses détentrices du label Demeter, dont 52 vignerons. La demande pour la certification est croissante, de la part des producteurs mais aussi des transformateurs (laiteries, moulins). En Suisse romande, il y a un grand intérêt de la part des vignerons», détaille Aline Haldemann, directrice marketing Demeter Suisse.

Un sol plus vivant
Depuis 1978 dans le Leimental, près de Bâle, l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (IRAB/FiBL) conduit l’étude longue durée DOC pour comparer les agricultures biologique, conventionnelle et biodynamique. Le FiBL conclut que la biodynamie est plus économe en énergie et permet d’obtenir jusqu’à 85% de plus de biomasse microbienne dans le sol. «Cette colonisation du sol par le vivant est gage d’une meilleure qualité gustative et nutritive des produits» selon Barbara Schneider, secrétaire de l’Association Romande de Biodynamie.

Articles en relation

La biodynamie, parce que ça fonctionne

Demain la Suisse Pour la coopérative Bergland Produkte, à Ernen, cultiver la terre selon les méthodes développées par l’anthroposophie n’a rien de bien sorcier. Plus...

Sativa pour semer meilleur

Demain la Suisse L’entreprise biodynamique, qui commercialise des graines pour l’agriculture et le maraîchage, développe de nouvelles variétés de légumes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.