La crème solaire c’est super, mais pas n’importe comment

De la tête aux piedsLe bras de fer entre partisans de l’ombre et de la lotion pour se protéger du soleil continue. L’hiver, la protection est bien évidemment toujours de mise.

«Sur un glacier à 3000 mètres, l’intensité des UVB est plus de 200% supérieure par rapport à un jardin au bord du lac.» explique le Dr Gaide.

«Sur un glacier à 3000 mètres, l’intensité des UVB est plus de 200% supérieure par rapport à un jardin au bord du lac.» explique le Dr Gaide. Image: GETTY IMAGES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vous vous souvenez de la polémique apparue sur la Toile au printemps 2018 et qui préconisait de laisser tomber la protection solaire et de se contenter de se tenir à l’ombre? Expliqué rapidement et en surface, on crie forcément à l’hérésie. Mais derrière les propos provocateurs, une réalité: mal appliquée — et c’est malheureusement trop souvent le cas —, la crème solaire ne constitue pas un bouclier efficace contre les rayons nocifs. Dès lors, il vaut mieux se tenir à l’ombre que s’exposer mal tartiné.

«Le mythe des crèmes solaires »

À l’époque, c’était le médecin et rédacteur en chef de la «Revue médicale suisse», Bertrand Kiefer, qui avait mis le feu aux poudres en dénonçant dans une tribune le «mythe des crèmes solaires», avec, au centre de son argumentaire, le fait que ces produits «ne protègent que des cancers non mélanomes, beaucoup moins mortels et touchant surtout les personnes âgées». Une déclaration qui avait rapidement fait réagir un groupe de quatre dermatologues du CHUV et des HUG, dont le Dr Olivier Gaide, médecin associé au service de dermatologie du CHUV et responsable de l’unité d’oncodermatologie et de dermatologie interventionnelle.

«Nous n’avons pas la même analyse de la littérature que le Dr Kiefer. C’est un sujet très complexe, difficile à résumer en quelques phrases, avoue le spécialiste. Il est important de préciser que nous sommes d’accord sur beaucoup de points et tout d’abord que l’exposition solaire augmente le risque de cancer de la peau, mélanome ou non mélanome. C’est sur la stratégie de prévention que nous divergeons. Pour le Dr Kiefer, la crème solaire n’est pas une solution de prévention en termes de santé publique, et il propose qu’elle soit proscrite, arguant que le public comprend mal notre message et retient que la seule protection utile est celle de la crème. Nous pensons que le public suisse est à même de comprendre un message nuancé: après l’ombre d’un bâtiment, les vêtements sont nos meilleurs alliés. La crème reste toutefois un appoint utile, notamment pour le visage et le dos des mains. Son rôle dans la prévention des cancers de la peau non mélanomes est net.»

Une certaine détresse

Deux ans plus tard, le message du Dr Kiefer fait-il encore des émules au sein du grand public? «Suite à la polémique, nous avons remarqué une certaine détresse chez nos patients, avoue le Dr Gaide. Ne sachant plus si les crèmes étaient à utiliser ou non, beaucoup ont décidé de simplement ne plus faire attention au soleil en se disant «puisqu’on est foutus de toute façon»... Heureusement, cet effet est retombé.» Mais la nécessité de rappeler les comportements à adopter est permanente, qui plus est en hiver quand on ne pense pas forcément que notre peau pourrait brûler. «Comme il fait froid, les infrarouges ne suffisent pas à faire chauffer la peau et on ne peut pas se rendre compte de l’intensité des UV alors qu’elle augmente de 10% tous les 1000 mètres et que la neige peut faire presque doubler encore l’intensité des rayons. Sur un glacier à 3000 mètres, l’intensité des UVB est plus de 200% supérieure par rapport à un jardin au bord du lac.»

Donner envie de se protéger

Si les marques ont forcément envie de vendre leurs produits, certaines font œuvre de pédagogie auprès de leur public. «La prévention passe forcément aussi par nous, reconnaît Caroline Carmuzat, responsable de la communication scientifique chez Clarins. Nous ne proposons plus de filtres 15 SPF ou 20 SPF dans notre ligne solaire, mais simplement deux options: haute (30 SPF) ou très haute (50 SPF) protection. Ensuite, nous développons des formules très résistantes à l’eau et à la transpiration et travaillons énormément sur les textures et la sensorialité, pour encourager les gens à en remettre souvent.» Fini donc la crème «écran total» ultrablanche et épaisse qui nous donnait un teint de cachet d’aspirine.

En hiver aussi

«Nous voulons que le public profite des extérieurs, de la nature, pour exercer ses muscles, son cœur, ses poumons et produire un peu de vitamine D, s’enthousiasme le Dr Olivier Gaide. Nous proposons que ces activités se fassent avec une exposition solaire raisonnable. Si les rayons sont trop forts alors qu’on a décidé d’y être de toute façon — on peut penser aux sports d’hiver entre 11h et 15h en cette période de l’année —, trois ou quatre grammes de crème sur le visage sont une bonne idée.» Des conseils auxquels s’ajoutent ceux prodigués par Caroline Carmuzat. «On protège également sa peau, notamment contre le froid et la sécheresse de l’air en hiver, en l’hydratant de manière efficace. La protection solaire élevée est recommandée sur les pistes et sur les terrasses avec de nombreuses retouches, surtout sur les zones saillantes comme le nez et les oreilles. Et on n’oublie pas de protéger efficacement nos yeux avec des lunettes ou un masque.»

Créé: 12.01.2020, 07h53

Le saviez-vous?

Quelques chiffres brûlants

50 En centimètres, c’est la profondeur de pénétration des rayons UV dans l’eau. Non seulement la surface de la mer ou de la piscine réverbèrent le soleil, mais ses rayons atteignent la peau à travers l’eau. Attention à la baignade prolongée!

25 Il n’y a pas que l’eau ou la neige qui reflètent les rayons du soleil. Le sable aussi renvoie entre 20 et 25% d’UV, alors que vous pensiez être parfaitement protégé par l’ombre de votre parasol. Attention aussi aux reflets des vitres — des tests ont été effectués sur des camionneurs dont le côté gauche est toujours plus exposé au soleil — et même de ceux des... tablettes numériques.

33 Le pourcentages de cancers à l’échelle mondiale qui sont des cancers de la peau. Soit un tiers.

2 Quel que soit l’indice, la marque ou la galénique de la protection solaire, il faut dans tous les cas renouveler l’application toutes les deux heures.

6 Idéalement, il faudrait éviter de s’exposer entre 11h et 15h, soit six heures durant.

1 Afin d’être protégé de manière optimale, il ne faut pas lésiner sur la quantité de produit à chaque application. La noisette de crème devrait au moins faire la taille d’une balle de golf.

Environnement

Le filtre végétal n'existe pas

L’industrie des produits solaires est régie par des normes très strictes. Si bien que très peu de nouveaux filtres sont référencés chaque année.

«Le filtre végétal n’existe pas, explique Caroline Carmuzat. Quelques extraits de plantes peuvent absorber des rayons, mais c’est vraiment minime.» Les filtres se répartissent donc en seulement deux familles: d’un côté les minéraux, qui ont une texture poudrée et agissent comme un miroir en renvoyant les rayons UV, et de l’autre les chimiques, qui absorbent les rayons.

«Ceux-ci doivent être cumulés afin que tout le spectre soit couvert, reprend la responsable de la communication scientifique chez Clarins. Les laboratoires excellent dans l’art de l’assemblage avec pour but d’utiliser le moins de filtres possible pour une meilleure absorption par la peau.»

Et qui dit moins de filtres dit un impact réduit sur l’environnement. «Nous avons voulu tester l’impact de nos produits sur les coraux, avance Caroline Carmuzat. Nous nous sommes imposé des conditions drastiques avec des concentrations en produits plus importantes que celles retrouvées dans les océans. Les résultats des tests ont montré un impact négligeable sur la viabilité des coraux et n’engendrent ni leur blanchissement ni leur mort.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.