Passer au contenu principal

L'école ne lâche pas l'écriture à la main

Si la Finlande mise sur le clavier pour apprendre à former des mots, la Suisse, elle, croit aux vertus de la bonne vieille méthode. Elle aide à mieux mémoriser l’orthographe et à mieux lire.

Les défenseurs de l'écriture à la main, voire liée, comme dans cette classe de 1950, disent ne pas agir par nostalgie. La bonne vieille méthode apparaît comme plus performante.
Les défenseurs de l'écriture à la main, voire liée, comme dans cette classe de 1950, disent ne pas agir par nostalgie. La bonne vieille méthode apparaît comme plus performante.
Josse/Leemage

Bientôt fini le temps où les jeunes Finlandais s’appliquaient à former de jolies lettres à la main. Dès la rentrée 2016, les petits écoliers n’apprendront plus l’écriture liée mais la dactylo, jugée plus utile. «Avoir de bonnes compétences dactylographiques est devenu d’importance nationale», a plaidé le gouvernement. Une mesure qui fait trembler les pays voisins, car la Finlande caracole en tête des études PISA. D’autant qu’à l’ère des mails, des SMS et de la tablette en réunion de travail, certains adultes n’utilisent plus leur stylo que pour griffonner une liste de courses, composer une lettre de motivation, remplir un formulaire administratif ou jeter quelques mots sur une carte postale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.