Europe: sexisme au travail subi par 60% des femmes

Sexisme Une étude a révélé samedi que 60% des femmes européennes ont déjà été victimes de violence sexiste ou sexuelle sur leur lieu de travail.

 21% des femmes disent avoir subi de tels faits au cours des 12 derniers mois.

21% des femmes disent avoir subi de tels faits au cours des 12 derniers mois. Image: illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelque 60% des femmes en Europe rapportent avoir déjà été victimes d'au moins une forme de violence sexiste ou sexuelle au travail, selon une étude Ifop. Celle-ci a été réalisée auprès de plus de 5000 femmes dans cinq pays et publiée samedi.

Pour les femmes concernées, le phénomène n'est pas forcément un lointain souvenir: 21% des femmes disent avoir subi de tels faits au cours des 12 derniers mois (et même 42% des moins de 30 ans), selon cette étude réalisée pour la Fondation Jean-Jaurès et la Fondation européenne d'études progressistes (FEPS).

Onze pour cent des sondées (9% en France, mais 15% Espagne) disent même avoir déjà eu un rapport sexuel «forcé ou non désiré» avec quelqu'un de leur milieu professionnel. Un chiffre qui met «en exergue la zone grise qui peut exister autour du consentement», lorsque celui-ci peut «être extorqué dans un contexte de subordination, d'intimidation ou de manipulation», relèvent les auteurs de cette étude réalisée en France, Allemagne, Italie, Royaume-Uni et Espagne.

Sifflements, commentaires grossiers

Les violences sexistes qui pourraient sembler les moins graves sont aussi les plus fréquentes: 46% des femmes ont déjà fait l'objet de «sifflements, de gestes ou de commentaires grossiers ou encore de regards concupiscents», un taux qui monte même à 56% en Allemagne. Et 26% disent subir de tels gestes ou mots «de façon répétée».

En outre, 9% des femmes rapportent avoir subi au moins une fois des «pressions» de la part d'un collègue pour obtenir d'elles un «acte de nature sexuelle» (par exemple un rapport sexuel en échange d'une embauche ou d'une promotion). 18% se sont vu imposer «au moins une fois» des contacts physiques comme une main sur les fesses, une étreinte forcée ou un baiser volé.

Les auteurs de gestes ou mots déplacés ne sont pas forcément les supérieurs mais peuvent être des collègues de même niveau hiérarchique, voire des personnes extérieures à l'entreprise, comme des fournisseurs (notamment pour les situations où les femmes se voient offrir des cadeaux «gênants»).

Mur du silence difficile à briser

Les auteurs notent qu'«une très faible minorité de victimes de harcèlement au travail parvient à briser le mur du silence»: seules 13% des femmes ayant subi des attouchements et 16% de celles ayant fait l'objet de pressions en vue d'un rapport sexuel disent en avoir parlé à un interlocuteur susceptible de régler le problème en interne, comme un supérieur hiérarchique ou un syndicaliste.

Étude Ifop menée par questionnaire en ligne, en avril 2019, auprès de cinq échantillons d'un peu plus d'un millier de femmes de plus de 18 ans, dans cinq pays de l'Union européenne (méthode des quotas). (ats/nxp)

Créé: 12.10.2019, 21h35

Articles en relation

Pas de sexisme et de corruption à l'EPFZ

Zurich Un rapport blanchit la haute école zurichoise jeudi, accusée en mars de sexime et de corruption. Plus...

Le CHUV sensibilise au sexisme

Vaud Video Les comportements sexistes et les propos déplacés envers les étudiant(e)s en médecine au CHUV, c'est terminé. Une campagne ciblée est lancée. Plus...

Halte au sexisme: «Bats le pavé, pas ta femme»

Europe Des centaines de manifestants genevois se sont associés, samedi, à la marche européenne contre les «violences sexistes et sexuelles». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.