Passer au contenu principal

La médecine de demain passera par les smartphones

Des applications pour mesurer ses paramètres vitaux, en passant par des outils médicaux connectés, la technologie s’immisce de plus en plus entre patient et médecin.

«Aujourd’hui, on se mesure et on se documente sur sa santé. Cela permet une prise de pouvoir du citoyen sur cette dernière», explique le professeur Christian Lovis, médecin-chef du service de Sciences de l’information médicale des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Baptisée «quantified self» (ndlr: le soi quantifié, à savoir tous les outils qui permettent de mesurer ses données personnelles et de les partager), cette tendance est en train de changer le rapport entre le corps médical et les patients et sera l’objet d’une conférence donnée vendredi par Christian Lovis au Salon suisse de la santé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.