Papa de LinkedIn, il garde ses gosses à 100%

FocusChris Saccheri est l’un des fondateurs du réseau social devenu incontournable dans la recherche d’emploi. Il y a 5 ans, il a tout quitté pour devenir père au foyer. Interview d’un original assumé.

Chris Saccheri a eu les moyens de décider de rester à la maison, mais il avoue que papa à plein-temps, c’est super dur.

Chris Saccheri a eu les moyens de décider de rester à la maison, mais il avoue que papa à plein-temps, c’est super dur. Image: BRAUN/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a presque 15 ans, une bande de jeunes créait LinkedIn, un réseau social puis une application pour aider aussi bien les chercheurs d’emploi que les employeurs grâce au réseautage. Parmi ces fondateurs, Chris Saccheri, qui était chargé du développement Web. Passionné, obsédé de travail, il a consacré bien plus que ses journées à ce projet. Mais, miracle – «c’est le bon mot, vous avez raison!» –, il parvient tout de même à se marier et à fonder une famille.

Il y a 5 ans, ce geek assumé d’aujourd’hui 41 ans choisit de quitter l’entreprise en pleine ascension. Il réoriente sa carrière en… papa à plein-temps pour voir grandir ses trois enfants de 9, 7 et 2 ans dans sa maison californienne de Palo Alto. Depuis le confort de son salon, à l’invitation de la marque Braun – qui l’a questionné dans le cadre d’une étude sur les possibilités de gain de temps des businessmen qui veulent être présentables sans passer trop de précieuses minutes à se pomponner –, il prône les avantages du télétravail, du partage des tâches, mais aussi des nouvelles manières de chercher un emploi.

LinkedIn a-t-il atteint sa maturité à 15 ans?

Je pense qu’il s’agit en effet aujourd’hui d’un super­outil d’interaction. En fait, c’est plus qu’un outil, c’est une boîte à outils, permettant à tout un chacun de se connecter à sa manière. Ce qui est important, c’est d’actualiser régulièrement ses données. On remarque que beaucoup de patrons – je le faisais régulièrement moi aussi quand je cherchais des collaborateurs – utilisent ce site pour contacter des spécialistes qui ne sont même pas activement en train de chercher du travail. On montre notre intérêt et en faisant germer l’idée d’un autre job dans leur tête. Ce processus est extrêmement valorisant humainement. Aujourd’hui, je suis conscient que LinkedIn peut donner le tournis avec toutes les possibilités qu’il propose. On peut y poster son profil et son CV, mais aussi s’exprimer, se filmer, participer à des réflexions, etc. Cela dit, rien n’est obligatoire. Je crois que cette multiplication a poussé l’entreprise à proposer une application supplémentaire et indépendante pour la seule recherche d’emploi. C’est drôle!

En faire un maximum multiplie-t-il nos chances de décrocher un nouvel emploi?

Pas forcément, non. Mais j’aime croire que grâce à «notre» plate-forme, l’expérience de la recherche d’emploi est facilitée: les gens postulent parfois depuis le train via leur smartphone. Ce n’est plus un processus ennuyeux ou fastidieux: on est plus souvent proactifs. Les chercheurs d’emploi savent mieux ce qu’ils se veulent. A partir de là, je crois fermement au réseautage, les anciens collègues, les amis. Avant, on avait un carnet d’adresses. Maintenant, grâce à ce genre de réseau, on a tous nos contacts à portée de main et en plus ils sont actualisés. Ces relations sont vitales pour les employés comme pour les employeurs.

Et il vaut mieux un profil lisse ou original?

Un peu des deux! Le mien est délirant parce que je peux me le permettre. J’ai mis une photo venant d’une réunion d’anciens employés LinkedIn, mais à côté de ça il y a des références professionnelles très sérieuses. Cela dépend aussi de quel type d’emploi vous rêvez, et aussi de la partie du globe où vous êtes. La globalisation est là, mais les différences culturelles persistent. Soyez donc vous-mêmes.

Avec certaines de nos casseroles qui traînent sur la Toile?

Aujourd’hui, si on ne trouve aucune trace de vous sur le Net, c’est louche. Professionnellement, c’est bien que l’on trouve des exemples de ce que vous avez fait, mais il n’est pas nécessaire que l’on puisse voir la tête de vos amis en soirée ou de vos enfants devant le sapin de Noël!

On n’oserait pas comparer vos enfants à LinkedIn, mais dans tous les cas vous devez être fier de votre bébé...

Bien sûr! C’est assez fou ce que nous avons fait et surtout la dimension et l’importance qu’a prises LinkedIn depuis sa création. Je suis vraiment heureux que notre réseau ait aidé des gens, voire fait une différence dans le monde… de l’emploi. Quitter l’entreprise n’a pas été une chose facile, mais je crois fermement à un engagement à 100% dans tout ce que je fais. Et arrêter tout en haut est le luxe absolu, comme pour les sportifs.

Vous avez choisi de vous retirer de la vie active, mais utiliseriez-vous LinkedIn pour y retourner?

Absolument! Je commencerais par là. Mais ma vie est très active, vous savez! Gérer trois enfants de moins de 10 ans, faire du volontariat dans leur école, tout organiser pour que ça roule dans notre foyer. Je continue à faire des heures de malade. Avant, je craignais de m’endormir sous mon bureau. Maintenant, c’est pareil, mais sous la table de la cuisine!

Papa n’est donc pas plus facile que geek?

Oh que non! Je ne compte plus le nombre d’amis qui, comme moi, ont eu le privilège – car ç’en est un – de choisir de rester à la maison, mais ils n’ont pas tenu le coup et sont tous retournés au bureau! Il m’a fallu un temps d’adaptation pour trouver mes marques et tout organiser. Quand on a un emploi «classique», on travaille comme des fous, mais il y a toujours des pauses, ce qui n’est pas le cas avec une petite de 2 ans. De mon côté, je m’efforce de rester connecté, de travailler un peu pour des organisations caritatives, de rester dans le coup, quoi! Et j’avoue qu’il est parfois bien agréable de sortir de chez soi et d’interagir avec d’autres adultes.

Partage des tâches, télétravail, vous faites encore plus la révolution qu’avec LinkedIn!

C’est vrai que les mentalités prennent du temps à changer, mais je suis persuadé que bientôt nous y serons habitués. Ici, les entreprises commencent à proposer des congés paternité et maternité vraiment intéressants et à se rendre compte des avantages du télétravail. Aujourd’hui, dans ce monde globalisé, on est tous connectés. Mon épouse est graphiste, un emploi qui lui permet de travailler régulièrement depuis la maison. Pourquoi devoir se limiter aux talents qui vivent à proximité lors que l’on pourrait travailler avec les meilleurs spécialistes du monde?

Créé: 07.09.2017, 07h07

En chiffres

2003 C’est l’année du lancement de LinkedIn. Le réseau social professionnel en ligne a fait son entrée en Bourse en 2011 et emploie aujourd’hui 10 000 personnes dans la Silicon Valley (CA).

26,4 En milliards de dollars (25,6 milliards de francs), c’est ce qu’a déboursé Microsoft pour racheter LinkedIn en 2016. Le géant créé par Bill Gates doit faire fructifier une entreprise encore déficitaire.

500 millions d’utilisateurs dans 200 pays, c’est le chiffre avancé par LinkedIn lui-même l’an dernier, précisant que celui-ci est en constante augmentation depuis le rachat.

Articles en relation

Google: la Suisse à l’affût d’une décision européenne

Amende L’amende de 2,42 milliards d’euros infligée par Bruxelles a pesé sur la rentabilité du groupe. La COMCO préfère temporiser. Plus...

Sans croissance, Twitter pourrait vite déchanter

Résultats Toujours aussi déficitaire, l’oiseau bleu peine de plus en plus à gagner de nouveaux utilisateurs. Plus...

Twitter, Apple, Google... les géants du Net déçoivent

Bourse Selon Arturo Bris, professeur en économie à l’IMD, «le marché ne s’intéresse plus seulement à la rentabilité mais aussi au potentiel de croissance». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.