Tout savoir sur les fantasmes et les jeux spéciaux des Nippons

Art de vivreAgnès Giard éprouve une curiosité insatiable pour toutes les formes de la sexualité et est une spécialiste avisée du Japon.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Japonais sont passés maîtres dans l’art de la corde. «Pour eux, l’acte d’attacher est un acte normal. On ne peut s’habiller si on ne sait pas attacher son kimono. Le shibari (ndlr: l’art de la corde) est aussi ancien que la civilisation japonaise.» Cette citation d’un maître du genre ne dit pas tout. Agnès Giard dans son encyclopédie raconte qu’au départ la corde était considérée comme sacrée et le shibari religieux. A l’époque Edo (1603-1868), le bondage entre dans la répression policière. Puis poésie et esthétique s’invitent dans le rituel et les «compositions» prennent des couleurs. Le shibari devient wasa, un art des nœuds comme il existe celui du thé. Et puis tout ça disparaît avec les samurais et revient, dans les années 1970, dans une version SM imprégnant la contre-culture.

Plus étonnant, le fantasme des tentacules. Les monstres marins pullulent dans cette imaginaire insulaire. Comme il était interdit de dessiner une relation sexuelle dans un lit, mais licite si le phallus devenait tentacule… Avant l’avènement de mangas montrant des jeunes filles aux prises avec des monstres de plus en plus délirants, le grand Hokusai a produit Le rêve de la femme du pêcheur (1814), une estampe montrant une femme «envahie» par une grande et une petite pieuvre.

Agnès Giard, qui tient un blog cul pour Libération, n’est jamais bégueule. Elle appelle les choses par leur nom, décrit les situations sans détour. L’imaginaire érotique au Japon, paru une première fois en 2006 et enrichi, est réservé à un public averti. Photos et dessins montrent les choses sans tabous. Les onze chapitres abordés font le tour de la question avec glossaire des spécialités, sous-chapitres courts et illustrés.

Si l’amour des culottes vous interroge, si l’histoire des revenants nippons vous turlupine ou si vous avez manqué la révolution des poupées, sautez sur l’occasion de vous déniaiser sur des fantasmes loin des vôtres. Sachez enfin que les mâles japonais éprouvent un très solide complexe de la maman. Et beaucoup rêvent de la trucider. (24 heures)

Créé: 21.07.2016, 19h12

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dès la mi-septembre, le parking «longue durée» de la place Bellerive, à Lausanne, prisé des familles, ainsi que le P+R d'Ouchy seront payants les dimanches. Plus de mille places sont concernées. Paru le 22 août.
(Image: Bénédicte) Plus...