Un Vaudois dit «bye-bye» à la Suisse pour s’établir au Caire

TélévisionPour la nouvelle saison de «Bye Bye la Suisse», les caméras de la RTS ont suivi Jean-Luc Marchina, parti vivre en Egypte auprès de sa fiancée. Rencontre avec le couple, de passage à Lausanne.

Jean-Luc Marchina et Abeer Soliman sont de passage à Lausanne avant de retrouver leur appartement au Caire.

Jean-Luc Marchina et Abeer Soliman sont de passage à Lausanne avant de retrouver leur appartement au Caire. Image: MARIUS AFFOLTER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De la fenêtre de son studio sous les toits, près du parc de Milan à Lausanne, Jean-Luc Marchina regarde la pluie tomber. Pour lui, c’est devenu aussi exotique que pour l’Egyptienne Abeer Soliman. Car il vit avec elle au Caire depuis fin 2015. Son installation dans la mégalopole de 20 millions d’habitants est à découvrir dès ce soir sur la RTS, qui a filmé entre autres le Vaudois de 41 ans pour la sixième saison de l’émission Bye Bye La Suisse.

A Lausanne pour quelques semaines, le couple raconte. En anglais. Car lui ne parle pas arabe, et elle quelques mots de français. «J’ai décidé de partir rejoindre Abeer car elle a son activité professionnelle au Caire. Elle écrit notamment des fictions pour la télévision. Et, pour mieux la connaître, je dois aussi faire l’effort de mieux comprendre son pays», raconte le Morgien d’origine. Conteuse et écrivaine, Abeer a beaucoup œuvré pendant les dernières années pour développer ses projets: «En quittant Le Caire maintenant, je ne pourrais pas les voir aboutir. Jean-Luc a été assez généreux pour mettre la priorité sur ma carrière.»

Partie de la campagne égyptienne à 16 ans, cette diplômée en communication de l’Université du Caire a été chroniqueuse, blogueuse et a même publié un livre. La jeune femme de 37 ans a aussi voyagé en Europe. Un profil atypique en Egypte qui a séduit Jean-Luc. Diplômé en arts visuels de la HEAD, il a fait de nombreux reportages photos et vidéos à l’étranger, et travaillait en Suisse à mi-temps dans l’animation vidéo à la prison de Bois-Mermet.

Les tourtereaux se sont rencontrés lorsque le Suisse était en résidence d’artiste dans la capitale égyptienne. Conteuse pour enfants pour Pro Helvetia, Abeer cherchait alors un artiste multimédia pour développer un projet, et l’institution suisse l’a dirigée vers Jean-Luc Marchina. Depuis, il a fait beaucoup d’allers-retours entre les bords du Léman et la ville à l’urbanisme galopant où il a déjà passé énormément de temps. «Au début, c’est déroutant.» Aujourd’hui, il a ses petites habitudes dans le quartier calme et verdoyant où réside le couple.

L’expatrié ne manque pas de projets pour sa nouvelle vie, dont le principal est de créer des lampes design avec des artisans locaux. «C’est une démarche à long terme, il faut d’abord que j’apprenne l’arabe et que je me fasse un réseau là-bas.» La TV a filmé ses premières démarches, et la quête d’un appartement plus spacieux, pour permettre à Abeer de donner des cours de yoga.

La réalisatrice Anne-Lise von Bergen a aussi capté à l’écran les tracasseries administratives en vue de leur mariage. Car lorsqu’un papier manque, tout s’avère vite compliqué. Mais le duo sait faire preuve de flegme. Et de flexibilité: «Nous nous installons en Egypte pour l’instant. Si on a des enfants, il n’est pas exclu qu’on revienne un jour en Suisse.»

Créé: 13.07.2016, 10h04

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.