10 adresses d'hôtels chics et cool à la montagne

Magazine encore!Dans les Alpes suisses, le nouveau luxe se veut décontracté et nature. Les lieux, leur restaurant et leur petit trucs en plus.

Dans les hôtels dits de luxe abordable, le lobby est souvent aménagé en salon, où le client passe du temps et fait des rencontres

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

1
Gstaad, Huus L’élégance à carreaux

Le lieu Beaucoup de bois, de pierre, de cuir... Matières naturelles pour un design très sophistiqué, qui créent une ambiance «comme à la maison» (Huus en dialecte). Mais une maison en superlatifs! On prend un verre au bar, on feuillette des livres entreposés ça et là, on s’emmitoufle dans un plaid à carreaux. L’esprit hipster se retrouve dans les bretelles rouges du personnel, dans les 150 journaux disponibles sur tablette, dans la couverture militaire suisse en vente à la boutique.

Le restaurant Pas de chichis, rien que du simple et frais, si possible de la région, comme l’agneau aux herbes. Au petit-déjeuner, on se sert du miel non transformé, à même le rayon.

Le truc en plus En surplomb de la station, la vue est renversante, surtout de la piscine de 135 m2 du somptueux espace spa. On soigne ses courbatures en observant les pentes où l'on s’est éreinté les muscles (un forfait aventure incluse est possible, avec guide, skis à tester et sac à dos en cadeau en chambre).

Huus Gstaad, Schönriedstrasse 74, Saanen-Gstaad, dès 270 fr. la chambre double.

2
Zermatt, Cervo, L’esprit village revisité

Le lieu Davantage qu’un hôtel, un hameau: six chalets composent cet ensemble contemporain, qui mêle les styles alpin (bois de cerf, fleurs séchées) et nordique (bois clair, ameublement épuré). L’hiver dernier, un lodge de 270 m2 est venu s’ajouter à cette offre. Avis à ceux qui voyagent en bande: chaque unité possède son propre espace spa. Et le Cervin est visible de partout, en déité protectrice.

Les restaurants Le Cervo Puro est une adresse cotée par les guides, qui met l’accent sur les savoir-faire locaux, produits ou recettes. Le Ferdinand, lui, propose un grand choix de fondues, dans un cadre très cosmopolite, avec bar et grandes tablées. Parmi les mythes gourmands de la maison, on compte le pâté de sanglier et de glorieuses frites, fines comme des allumettes.

Le truc en plus On accède à la réception par un ascenseur et un tunnel, directement depuis la station de télécabine Sunnegga. Totalement central et discret. Si James Bond partait skier, il irait là.

Cervo Mountain Boutique Resort, Riedweg 156, Zermatt, dès 363 fr. la chambre double.

3
Flims, Hide, Surprise pour hipsters

Le lieu Une façade de béton incurvé et de grandes baies vitrées: le tout nouvel établissement (ouverture au 15 décembre) promet d’amener un état d’esprit inédit aux Grisons. Tout proche des pistes de Laax (élu meilleur domaine skiable de Suisse et paradis du freestyle), Flims accueille ce boutique-hôtel avec DJ en résidence, pour allier l’humeur alpine aux influences citadines. Les fauteuils sont vert menthe ou violet guimauve, les murs kiwi ou tapissés d’amples motifs géométriques: autant de couleurs botaniques et toniques imaginées par le studio suédois souvent primé Stylt Trampoli. Et il y a un spa panoramique...

Le restaurant Personne n’a encore goûté; le chef Adrian Tschanz (proclamé «rocker en cuisine» par la télévision alémanique) promet des classiques réinventés et de la viande rassie sur place.

Le truc en plus Le complexe est situé au-dessus du pavillon Stenna, avec son cinéma et son centre de location de skis.

The Hide Hotel, via Nova 80, Flims, dès 177 fr. la chambre double.

4
Crans-Montana, Chetzeron, au cœur des pistes

Le lieu Les esthètes du ski connaissent tous cette adresse, l’une des premières à avoir réinventé le luxe décontracté en altitude. C’était en 2015, quand l’ancienne gare d’arrivée de la télécabine a été rénovée pour en faire un hôtel très élégant au cœur des pistes, un des rares où l’on arrive vraiment skis aux pieds. Murs de pierre, vue panoramique sur les sommets: le design intérieur est conçu pour orienter le regard vers le paysage. Ce que l’on fait avec joie, lové dans un fauteuil club, près de la cheminée.

Le restaurant Bien qu’il faille hisser chaque produit en télécabine ou chenillette, la cuisine propose une carte saisonnière des plus raffinées, qui mêle tradition locale et influences du monde. Entendez langoustine panée au seigle ou truite du Jura en escabèche avec ses chips de pain.

Le truc en plus Quand les remontées mécaniques ferment et que s’allument les lumières en plaine, on se retrouve seul au monde à 2112 mètres d’altitude, étoiles au-dessus comme au-dessous. Unique.

Chetzeron, rue de Chetzeron 2112, Crans-Montana, dès 400 fr. la nuit en chambre double.

5
Silvaplana, Nira Alpina, retraite en altitude

Le lieu Tout près de Saint-Moritz et ses célébrités, à Corvatsch, au bout de la magnifique vallée de l’Engadine, l’établissement propose le grand luxe en version détendue. Bois clair et lignes simples, les fenêtres sont grandes pour laisser entrer le paysage. Cela vaut aussi pour le splendide spa et ses piscines à lits de massage.

Les restaurants Stars, un espace raffiné, aux mains, depuis peu, du chef Dariusz Durdyn, revisite les classiques de la région. Pour ceux qui ont davantage soif que faim, le Rooftop Bar invite à s’installer sur un siège tendu de peau de vache, près du brasero, pour admirer la vue. Hésitation devant la carte de cocktails longue comme le bras (quel gin et quel tonic dans votre gin tonic?). Quant à la boulangerie, elle embaume les lieux chaque matin.

Le truc en plus Durant le Saint-Moritz Gourmet Festival, du 11 au 19 janvier, le restaurant va accueillir Manish Mehrotra, chef indien de New Dehli, qui a su inscrire les plats de sa région sur la carte de la gastronomie internationale.

Nira Alpina, via dal Corvatsch 76, Silvaplana, dès 312 fr. la chambre double.

6
Lenzerheide, Revier Mountain Lodge, l’essentiel

Le lieu C’est un vaste immeuble de bois et de baies vitrées, qui s’étend le long du lac Heidsee, dans les Grisons. Chaque chambre donne sur les eaux (ou la glace) et ne propose que l’essentiel: une belle vue, une bonne literie, une douche, un excellent réseau. Rien de rustique, juste du bon service assuré avec naturel. L’établissement ouvert la saison dernière est la première enseigne d’une jeune marque suisse qui entend chambouler un brin l’hôtellerie classique. On organise tout sur internet et on débarque comme à la maison, sans réception ni papiers à remplir.

Le restaurant L’offre culinaire du Josper Grill met l’accent sur les valeurs sûres d’excellente qualité, viande, légumes ou poisson grillés au charbon, burgers, cake au chocolat. On s’assied le long de grandes tables communautaires et on commande sa bière parmis les 30 marques disponibles.

Le truc en plus Une philosphie de prix au plus juste ne fait payer que ce qui est utilisé. Celui qui ne désire pas que sa chambre soit faite économisera 30 fr. par jour...

Revier Mountain Lodge, Voa Principala 84, Lenzerheide, dès 126 fr. la chambre double.

7
Adelboden, The Cambrian, la touche galloise

Le lieu Jadis Grand Hôtel Regina, la bâtisse de 1900 a connu un lifting intégral en 2007, version résolument design, avec l’arrivée du nouveau propriétaire originaire du Pays de Galles (d’où le nouveau nom). Il y règne d’ailleurs ce mélange très british de classe et de décontraction qui fait le secret des belles maisons. Savoureux gâteau en bienvenue dans les chambres, produits de bain en gros flacons cool pour éviter le gaspillage, cocktails parfaitement mixés au bar. Que désirer de plus, une fois redescendu des pistes de l’Oberland bernois?

Le restaurant Le chef de cuisine Marc Fuchs a conçu sa carte en menus à partager: pratique, on peut facilement goûter à quatre plats... Outre les herbes et poulardes locales, on y sert bien des délices pratiquées en capitales: algues, shiitakés, moules.

Le truc en plus L’espace spa s’ouvre sur un bassin panoramique où l’on resterait des heures à rêvasser dans les bulles, à la tombée du jour.

The Cambrian Hotel, Dorfstrasse 7, Adelboden, dès 243 fr. la chambre double.

8
Chandolin, Boutique, classe et peau de vache

Le lieu Orienté plein sud, avec vue plongeante sur le val d’Anniviers, l’hôtel ouvert en 2016 s’est établi comme valeur sûre. Les vacanciers de la vallée y convergent pour un verre au Moonbar ou devant les braseros de l’entrée. L’atmosphère donne dans la pierre et le cèdre, des textures un peu brutes, avec tapis de vache et lumières de couleur, pour la touche métropole au cœur des Alpes.

Le restaurant Le chef Stéphane Coco (anciennement chez Robuchon à Monaco) a vite hissé son Restaurant (il s’appelle ainsi) vers les distinctions. Il a organisé un flux d’approvisionnement de la plaine à la piste (nous sommes à 2000 m...), avec moult spécialités locales. Le chef sommelier Thomas Scheidt (ancien de chez Ducasse) a, lui, tout appris sur les vins valaisans.

Le truc en plus Cette saison, un second restaurant, Le Chalet, ouvrira juste à côté (à la place de l’ancien Lac Noir), pour une offre complémentaire à la gastronomie. Il s’agira d’un italien, simple et bon.

Chandolin Boutique Hotel, route des Plampras 10, Chandolin, dès 290 fr. la double.

9
Arosa, Valsana, écolo-chic

Le lieu A l’entrée du village, près de la forêt, le beau bâtiment en bois blanchi semble découpé dans de la dentelle de papier, avec ses balcons ajourés. Rénové en 2017, il a rouvert avec 40 chambres et 9 appartements. L’intérêt du design repose sur le contraste entre la haute technologie et les pièces de mobilier à forte personnalité, qui semblent avoir été chinées une à une. L’espace spa est un peu baroque, avec ses arbres peints là où les baies (comme dans le sauna) ne donnent pas sur la forêt.

Le restaurant Les tables du Twist sont disposées au centre du grand espace public, qui enchaîne avec fluidité lobby, bar et restaurant. On y sert une cuisine rassurante: soupe de carotte, pommes de terre rôties, entrecôte. Et tout un choix aussi pour citadins végétariens (courgettes en tagliatelles, houmous).

Le truc en plus L’hôtel est réalisé dans un concept de durabilité (matériaux locaux). Il est énergétiquement indépendant et stocke (seul en Suisse) son énergie dans une batterie froide.

Valsana Hotel & Appartements, Oberseepromenade 2, Arosa dès 397 fr. la chambre double.

10
Verbier, Chalet Experimental, esprit cocktail

Le lieu Avec la neige, la fête monte en altitude. Les noctambules de Paris, Londres, New York ou Ibiza, qui connaissent bien les bars de l’Experimental Group, pourront prendre leurs quartiers d’hiver à Verbier où ouvre un hôtel vibrant du même esprit: l’Experimental Chalet, qui reprend d’ailleurs aussi la fameuse boîte de nuit Farm Club, juste à côté. Il s’agit de 39 chambres et suites avec jacuzzi et terrasses. Et les cocktails signature seront servis du bar (au second étage) au jacuzzi... La déco donne dans le néorétro, inspirée des grands hôtels alpins du XXe siècle. Elle est signée par l’architecte d’intérieur italien Fabrizio Casiraghi.

Le restaurant Le chef parisien Gregory Marchand (du Frenchie), pionnier de la bistronomie, entend mâtiner les codes alpins de touches internationales. On se réjouit de goûter ses variations sur spätzle et tartiflettes.

Le truc en plus L’espace spa (hammam, jacuzzi, solarium) est dévolu aux soins de la marque française Biologique Recherche, des spécialistes cliniques de la peau. On fait les choses sérieusement...

Experimental Chalet, route de Verbier-Station, Bagnes, dès 350 fr. la chambre double.

Créé: 05.02.2019, 17h14

La sensation de vivre des moments exceptionnels

Interview de Demian Hodari, Professeur associé en management stratégique à l’Ecole hôtelière de Lausanne.

Luxe décontracté… Un genre nouveau en hôtellerie?

Le concept est effectivement en train de changer. L’opulence et l’accueil un peu guindé sont rattrapés, depuis 2010 environ, par une attitude plus accessible – l’affordable luxury, le luxe abordable. Ces établissements prônent des expériences uniques et authentiques. Les clients ont la sensation d’appartenir à une communauté.

Quels en sont les codes?

L’attention, par exemple, portée à l’aménagement du lobby, qui devient un lieu à vivre que les voyageurs s’approprient. Jadis, on valorisait les chambres; aujourd’hui, les espaces communs. Et un simple burger devient une expérience, si la viande est locale et qu’il raconte une histoire unique.

L’explication du phénomène?

Facteurs économiques et sociaux. Les clients d’hôtels de luxe classiques jouissent de revenus de 300 000 francs annuels et plus. Or, ceux qui gagnent entre 100 000 et 300 000 francs représentent le plus fort potentiel. Ils sont 9% actuellement et seront sans doute 20% de la population d’ici à 2030. Pus jeunes, plus mobiles, ils voyagent davantage, dépensent un peu moins, mais tiennent au sentiment de luxe, à un vécu qui sort de l’ordinaire.

Comment forme-t-on le personnel à la coolitude?

En recrutant différemment. Souvent, ces établissements cherchent des personnalités ou même des talents particuliers, en musique ou sport, par exemple. Cela induit un rapport différent avec le client. On ne parle plus de déférence de l’un ou de piédestal pour l’autre, mais plutôt de rencontres humaines.



Comme à la maison, mais en mieux: le lobby du nouveau Hide Hotel, à Flims.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.