Huit hôtels alpins qui se méritent en hiver

EscapadeCertains établissements des Alpes suisses exigent de renoncer à la voiture pour les atteindre et profiter de leur cadre unique. Notre sélection.

Nichés au coeur de la montagne, ces hôtels historiques semblent tutoyer les cieux. Ici, le Riffelhaus, à Zermatt (VS).

Nichés au coeur de la montagne, ces hôtels historiques semblent tutoyer les cieux. Ici, le Riffelhaus, à Zermatt (VS). Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Érigés à 2000 mètres d'altitude, certains hôtels se méritent plus que d'autres. Leur isolement oblige les visiteurs à laisser leur voiture au garage, à prendre un train à crémaillère pour certains, ou à chausser des raquettes ou skis de randonnée pour d'autres. Ils invitent surtout à remonter le temps sur les traces de cette aristocratie anglaise, pionnière du développement du tourisme alpin au XIXe siècle. Nombre de ces établissements construits à cette période ont gardé des vestiges de leur glorieux passé en apportant tout le confort qu'exige la clientèle d'aujourd'hui.

Découvrez notre sélection en cliquant sur les épingles de la carte ci-dessous:

La littérature a souvent vanté la beauté des Alpes, tel le poème emblématique «Les Alpes», du naturaliste et critique littéraire Albrecht von Haller (1708-1777). Ces écrits ont touché en plein cœur ces Anglais citadins étouffés par l’industrialisation et la pollution de leurs villes. «La quête du bon air a incité cette bourgeoisie aisée à le rechercher dans nos montagnes, explique Rafael Matos-Wasem, géographe et professeur à la Haute École de gestion et tourisme de la HES-SO en Valais. Notamment, en cas de tuberculose, dans les sanatoriums, à l’image de celui de Schatzalp à Davos, transformé en hôtel par la suite.» Le lieu a d’ailleurs inspiré particulièrement l’auteur Thomas Mann dans l’écriture de sa fameuse «Montagne magique».

Pour plaire à ces clients exigeants, les architectes ont rivalisé d’audace et de développements techniques, utilisant ces établissements comme laboratoires d’innovation. «Le Schatzalp a été le premier bâtiment de son genre en béton armé, il possédait un ascenseur!, poursuit le professeur. Le Kulm Hôtel de Saint-Moritz a, lui, inauguré le premier éclairage électrique de Suisse en 1879, grâce à sa propre minicentrale hydroélectrique.»

«Il a fallu attendre la fin du XIXe, avec l’arrivée par voie ferrée de touristes plus pantouflards, pour que les hôtels soient agrandis»

La conquête des sommets – le Britannique Edward Whymper a vaincu le Cervin en 1865 – a poussé la construction d’hôtels en altitude toujours plus haute. Le Riffelhaus, au-dessus de Zermatt, ne proposait à ses débuts en 1853 que 18 lits réservés à une élite sportive qui rejoignait l’établissement à pied. «Il a fallu attendre la fin du XIXe, avec l’arrivée par voie ferrée de touristes plus pantouflards, pour que les hôtels soient agrandis. Habitués à un certain confort, les hôtes étrangers voulaient leur fumoir. Cette pièce existe toujours à l’hôtel Weisshorn, près de Saint-Luc.» L’expansion touristique a pris pleinement son envol avec le développement du réseau ferroviaire. «Sans oublier la date charnière de 1863, précise Rafael Matos-Wasem, le premier voyage organisé à se dérouler sur le territoire helvétique grâce à Thomas Cook.»

Certains de ces hôtels d’altitude se sont aussi dotés de jardins alpins attirant botanistes ou simples amateurs de plantes qui venaient spécialement pour les admirer. On en trouve à l’Hôtel Weisshorn ou encore au Schatzalp avec son Alpinum qui possède des milliers d’espèces. Le concept de saison touristique souligne l’évolution des mentalités entre les voyageurs d’hier et d’aujourd’hui. «Jusqu’au premier quart du XXe siècle, les hôtels n’étaient ouverts qu’en été et les hôtes pouvaient y rester plusieurs semaines.» Dés­ormais, c’est toute l’année, avec en hiver ce petit effort supplémentaire qui exige, dans certains cas, de rejoindre l’établissement à pied.

Créé: 02.02.2019, 17h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.