Les montagnes capricieuses de Haute-Engadine

EscapadeLa belle vallée ouverte de Saint-Moritz se transforme l’été en terrain de jeu des randonneurs et vététistes. À moins que la météo n’en décide autrement

Un sentier gastronomique de 8 km offre une vue panoramique sur la vallée de Saint-Moritz et ses lacs.

Un sentier gastronomique de 8 km offre une vue panoramique sur la vallée de Saint-Moritz et ses lacs. Image: GIAN GIOVANOLI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Rejoindre la Haute-Engadine depuis le canton de Vaud (presque six heures en train) est un voyage en soi. À travers la Suisse, ses régions linguistiques jusqu’à l’arrivée aux portes des Grisons à Coire où les premiers noms de gares en romanche apparaissent. De là, encore deux heures de montée entre les sapins avant d’atteindre la vallée de Saint-Moritz, perchée à 1700 mètres d’altitude. Si l’hiver la station huppée attire les têtes couronnées comme les mordus de glisse ou de tournois de polo sur le lac gelé, en été, la région se mue en terrain de sport à ciel ouvert pour toute une palette d’activités. Elle est réputée pour ses belles journées ensoleillées et cette lumière particulière qui se reflète dans ses nombreux lacs – parole de locaux. Ainsi, on s’imagine déjà admirer les sommets mythiques de ces Alpes orientales du Sud, en particulier le célèbre Piz Bernina culminant à 4049 mètres, ou ses imposants glaciers dans un paysage de carte postale.

C’était sans compter sur les aléas d’une météo fantaisiste qui décida en ce premier week-end de septembre de faire chuter d’un jour à l’autre les températures de 20 degrés. «Je n’ai jamais vu ça», reconnaît Monika Wüest, qui tente malgré tout de motiver la petite troupe à explorer une partie des 400 km d’itinéraires balisés VTT sur les pentes de Corviglia (2488 mètres) surplombant Saint-Moritz. Sous une pluie neige accompagnée d’un vent polaire, on enfourche bravement sa monture pour rejoindre quelques kilomètres plus bas un restaurant, première et… finalement dernière étape des exploits sportifs du jour. On profitera des pistes (flow trail) et de leurs virages spécialement adaptés aux différents niveaux des vététistes une prochaine fois. Heureusement, quelle que soit la météo, descendre ou monter son vélo en altitude sans effort reste un jeu d’enfant grâce aux infrastructures, toutes équipées pour les deux-roues.

Le lendemain de bonne heure, entre deux éclaircies, cette même montagne montre un meilleur visage, laissant apparaître entre les nuages ses magnifiques cimes saupoudrées de neige. Juste au-dessus de l’arrivée des télécabines de Corviglia depuis le village de Saint-Moritz, le petit lac artificiel Lej Alv offre une boucle de 1 kilomètre à plat, idéale pour l’échauffement des coureurs ou les balades en poussette. Le panorama donne de l’élan aux trailers, avec devant eux pléthore de sentiers. Seuls quelques coups de fusil au loin – on est en période de chasse – perturbent leurs foulées.

Marche, vue et petits plats

La Haute-Engadine peut aussi se savourer sans courir ni transpirer, en mariant plaisirs de la table et marche. Direction le téléphérique de Furtschellas, à Sils, situé à quinze minutes en voiture de Saint-Moritz. La Via Gastronomica (52 fr. par personne) démarre au restaurant de la station intermédiaire perchée à 2313 mètres dominant toute la vallée. Pour se mettre en jambes, on attaque avec une assiette de charcuterie – viande séchée des Grisons oblige – pendant que les enfants jouent sur la place de jeux extérieure. Commence ensuite une jolie descente de 8 kilomètres avec une vue plongeante sur les eaux des lacs de Saint-Moritz, de Silvaplana et de Sils: un tableau vivant aux subtiles couleurs évoluant au gré du ballet des nuages. Comptez une heure trente pour rejoindre la deuxième étape, l’Hôtel Sonne Fex, qui propose un plat principal aux saveurs locales. Le dessert maison – ce jour-là une tarte aux myrtilles – se dégustera trente minutes plus tard à la Passarella sur la place du vieux bourg de Sils. Une randonnée à portée de tous qui ferait presque oublier les caprices des cieux.

Créé: 29.09.2019, 09h59

Dormir à 3000 mètres… sous la neige



La légende de la montagne Diavolezza continue de flotter sur ce lieu perché à 2978 mètres d’altitude. Car nul ne sait ce qui est vraiment arrivé à ces chasseurs disparus après avoir suivi les traces de la belle diablesse à la chevelure rousse sur les bords du lac sous le sommet.

L’endroit avec son auberge de montagne, accessible en téléphérique depuis la gare de la Bernina (quinze minutes en voiture depuis Pontresina), est idyllique. Par beau temps, il offre un balcon avec vue panoramique sur le Piz Palü, la Bellavista ou encore les glaciers de Pers et de Morteratsch.

Et un point de départ pour des vias ferratas et autres randonnées glacières. Y dormir reste magique même lorsque le brouillard épais bouche la vue depuis le jacuzzi extérieur (sur réservation).

La vraie surprise arrive au petit matin: 37 centimètres de neige fraîche début septembre.

www.diavolezza.ch
Chambre double avec repas du soir et montée en téléphérique: dès 130 fr.

Infos pratiques

S’y rendre
En train jusqu’à Saint-Moritz avec deux changements, Zurich et Coire. Il faut compter environ 5 h 45 depuis Lausanne et un peu moins en voiture.
Sur place, un réseau de bus relie régulièrement les différentes localités de la vallée le long des lacs de Saint-Moritz, de Silvaplana et de Sils. Les personnes logeant au minimum deux nuits dans une centaine d’hôtels partenaires bénéficient de l’accès gratuit aux remontées mécaniques jusqu’au 31 octobre.
engadin.stmoritz.ch

Se loger
Les sportifs qui viennent avec leur propre VTT apprécieront les infrastructures adaptées du One Hotel Inn Lodge à Celerina (une station de train avant Saint-Moritz). Les remontées mécaniques du village permettent de rejoindre rapidement le domaine de Corviglia/Marguns et ses sentiers de randonnées et VTT.
www.mountains.ch/en/all-in-one. Chambre double dès 156 fr.

Se restaurer
Impossible de séjourner dans les Grisons sans goûter aux capuns, ces chaussons à base de pâte à spätzli, de salsiz, enrobés de feuilles de bette et gratinés au fromage. À déguster avec une incroyable vue sur la vallée depuis le restaurant de l’hôtel Muottas Muragl, atteignable en funiculaire.
www.muottasmuragl.ch

Articles en relation

L’Engadine à savourer en technicolor

Balade automnale Embellie par la lumière de l'automne, cette vallée grisonne a inspiré des peintres comme Hodler et Segantini. Plus...

Dans le Sud-Tyrol, six musées sur l’alpinisme selon Messner

Escapades Le pionnier italien des ascensions himalayennes, invité au prochain Festival du film alpin des Diablerets, raconte sa discipline dans des lieux patrimoniaux et contemporains. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.