Passer au contenu principal

FOOTBALLVoici 53 ans, le LS avait fait grève en finale de la Coupe

Le 15 mai 1967, le club vaudois avait refusé de reprendre le jeu contre Bâle. Gabet Chapuisat n’a rien oublié de ce jour historique.

Assis sur la pelouse, les joueurs lausannois refusent de reprendre le match après un penalty litigieux accordé par l’arbitre au FC Bâle.
Assis sur la pelouse, les joueurs lausannois refusent de reprendre le match après un penalty litigieux accordé par l’arbitre au FC Bâle.
VQH

Normalement, ce 15 mai 1967 aurait dû être un jour de finale comme les autres à Berne. Mais ce lundi de Pentecôte allait entrer dans l’histoire du football helvétique pour une tout autre raison, beaucoup moins honorable. Voici exactement 53 ans, la 42e finale de la Coupe de Suisse entre Lausanne et le FC Bâle n’est jamais allée à son terme, interrompue peu avant la fin suite à la décision des joueurs vaudois, demeurés assis dans le rond central, de ne pas reprendre le jeu en guise de protestation. À l’origine de ce «sit-in» improvisé sur la pelouse du Wankdorf, un penalty litigieux accordé aux Bâlois par l’étrange M. Karl Göppel à la suite d’une présumée faute – poussette dans le dos – du capitaine André Grobéty sur Helmut Hauser, dont la chute très théâtrale allait abuser l’arbitre zurichois. Après d’interminables palabres, Hauser, se faisant justice lui-même, avait signé le 2-1 pour le FCB de Karl Odermatt et de l’entraîneur-joueur Helmut Benthaus à la 89e minute, donnant le coup d’envoi de protestations vaudoises sans fin.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.